23 septembre 2015

ETE 1916 A BERRY AU BAC

Dans la lettre du Chemin des Dames, numéro 34, figurent quelques photos de Berry au Bac, secteur occupé par le 19e régiment d'infanterie en cet été 1916. Elles ont été prises par un officier du 35e régiment d'artillerie, Jean Cuer.

Lettre du Chemin des Dames

Pour voir la suite de ces photos, dans le carré si-dessous, cliquez sur " La lettre du Chemin des Dames".

La Lettre du Chemin des Dames

Le Portail est le site de référence du Chemin des Dames, à vocation historique, culturelle et touristique. Il présente un ensemble d'informations historiques pour comprendre le rôle du Chemin des Dames dans l'histoire de la Première Guerre mondiale, mais également des informations pratiques pour vous rendre sur les différents lieux de Mémoire du Chemin des Dames.

http://www.chemindesdames.fr

 Puis, dans la liste déroulante, cliquer sur "la lettre du Chemin des Dames numéro 34". Vous trouverez les photos de Jean Cuer de la page 32 à 36.


15 mars 2015

LE LIVRE D'OR DU 19e REGIMENT D'INFANTERIE - 1

 

Croix de Guerre

A la suite des deux semaines de combats, du 25 septembre au 8 octobre 1915, menés à Tahure par le 19e régiment d'infanterie, des citations sont distribuées. Ces citations étaient accompagnées de l'attribution d'une médaille : "La Croix de Guerre". Une citation à l'ordre du régiment ou de la brigade donnait droit au port d'une étoile de bronze sur le ruban. Une citation à l'ordre de la division, une étoile d'argent et une à l'ordre du corps d'armée, une étoile de vermeil. Une palme était apposée sur le ruban dans le cas d'une citation à l'ordre de l'armée.

 

Dépêche 24 octobre 1915

 

 

 

 

 

Dans le journal "La Dépêche de Brest" du 24 octobre 1915 sont publiées certaines de ces citations reçues par des soldats, sous-officiers et officiers du 19e régiment d'infanterie. La rubrique a pour titre " Le livre d'or du 19e régiment d'infanterie". La censure de l'époque empêchait de donner les dates et les lieux qui étaient remplacés par trois points de suspension mais l'on sait aujourd'hui que ces citations ont étés gagnées à Tahure entre le 25 septembre et le 8 octobre 1915.

Livre d'or du 19e RI

Voici les citations à l’ordre du 11e corps d’armée :

Le capitaine Alphonse DENIS :
« A conduit avec une remarquable énergie sa compagnie devant … sous un violent feu de mitrailleuses et de mousqueterie. S’est emparé de deux tranchées ennemies et a su s’y maintenir, malgré un bombardement très violent. »

Les sous-lieutenants Georges ABGRALL, Henri ARIDON et R. DUPONT :
« Officiers de grande valeur et d’un sang-froid remarquable. Devant … ont entrainé admirablement leur section à l’assaut des tranchées ennemies, sous une pluie de mitraille ; ont pénétré dans les positions ennemies, faisant de nombreux prisonniers. »

Le lieutenant Alphonse JEGADEN et les sous-lieutenants Joseph BLOCH, Robert MAILLOT et François BOULCH :
« A l’attaque de …, chargés de pénétrer dans les cavernes ennemies pour mettre hors de combat tous les défenseurs, se sont acquittés de leur mission avec dévouement, un sang-froid, un mépris du danger dignes de tous les éloges. Ont fait de très nombreux prisonniers. »

Les sous-lieutenants Joseph SAGOT, J. ILIGU et Jérôme GUIVARCH :
« Grandes qualités militaires. Chefs de section d’un courage et d’une bravoure remarquables devant …, se sont portés résolument à l’assaut des positions ennemies sous un feu infernal. Ont pénétré dans les tranchées ennemies et ont pris ou mis hors de combat tous les défenseurs. »

Le sous-lieutenant Jean RIVOALAN :
« Devant …, sa compagnie ayant été arrêtée par un fortin ennemi, contenant deux mitrailleuses, et après que son commandant de compagnie eut été mortellement frappé, a conçu de sa propre initiative un mouvement débordant, qui a assuré la chute de l’ouvrage et le passage du bataillon. Officier d’un grand caractère, d’une bravoure à toute épreuve. Sur le front depuis le début de la campagne, donne à tous l’exemple des plus belles vertus militaires. »

Les sous-lieutenants M. PERRIN et René DE RESBECQ :
« A l’attaque des positions allemandes devant …, ont conçu, exécuté et dirigé une série de reconnaissances qui ont permis de débrouiller la situation. Officiers d’un grand mérite et d’une bravoure à toute épreuve, chez lesquels les journées passées semblent avoir surexcité l’esprit d’offensive. »

Le sous-lieutenant Emile LE GALL :
« Devant …, a entrainé sa compagnie à l’attaque d’une position ennemie formidablement défendue par des mitrailleuses, battant le terrain de front et de flanc. S’est parfaitement acquitté de sa mission. Officier brave et plein d’entrain. Toujours prêt à marcher. »

Le caporal Guénolé LE GUEN :
« A l’attaque de …, a demandé dans la soirée à commander une reconnaissance, dont la mission comportait des dangers considérables. Est tombé mortellement frappé, tout en ayant le courage de remettre à un homme sous ses ordres le renseignement de la plus grande importance. »

Le capitaine Louis NATALINI :
« Capitaine-adjoint au chef de corps, s’est fait remarquer dans les combats du … au … se dépensant sans compter, assurant sans relâche la liaison entre le colonel et les bataillons. Toujours sur la brèche. A été blessé devant … au moment ou il assurait le ravitaillement du régiment. A continué quand même son service. Le …, a été fortement contusionné par un éclat d’obus, au poste de commandement, écroulé par un obus de gros calibre. »

Le sous-lieutenant Jean CALVEZ :
« Blessé une première fois à l’assaut des tranchées de …, a refusé d’abandonner son poste. A continué la lutte pendant deux jours, jusqu’à ce que, blessé une seconde fois, il eut été contraint d’être évacué. »

Le sous-lieutenant A. PLUSQUELLEC :
« A fait preuve d’un courage, d’une bravoure, d’une énergie et d’une ténacité dignes des plus grands éloges, en tenant avec sept hommes une tranchée ennemie conquise, pendant toute une journée sous un bombardement des plus violents. »

L’adjudant Maxime KERGUELEN :
« A fait preuve, depuis le début de la campagne, des plus grandes qualités militaires. Parti comme caporal, a obtenu tous ses grades, grâce à sa bravoure, à son entrain et à sa brillante conduite au feu. Tué glorieusement alors qu’il pansait un officier grièvement blessé. »

L’adjudant Léon KERSCAVEN :
« D’une santé délicate, qui aurait pu le faire maintenir au dépôt, a demandé avec insistance à servir sur le front en première ligne. Tué glorieusement en allant, sous un bombardement extrêmement violent d’obus de gros calibre et asphyxiants, établir la liaison téléphonique entre le colonel et la brigade. »

Le médecin auxiliaire Jean CHATIGNIERES :
« Détaché temporairement au service du 19e pendant les journées d’attaque du … au … devant …, a trouvé une mort glorieuse en se portant au secours des blessés sur un terrain découvert, sous un feu extrêmement violent d’obus de gros calibre et à gaz asphyxiants. »

27 juillet 2014

POUR LE PLAISIR DES YEUX

Un collectionneur m'a très gentiment proposé cette photo de pattes de col du 19e RI, modéle 1877, portées par les soldats du 19e RI en 1914.

Pattes de col 19e RI, modéle 1877Collection Bertrand Garandeau

Une autre belle pièce de sa collection, un brassard de l'état-major du 11e Corps d'Armée.

Brassard Etat-major du 11e C.ACollection Bertand Garandeau

Grand merci à Bertrand Garandeau pour le partage de ces objets de sa collection.

 

 

Posté par loss à 18:39 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,