Photos liées au tag 'Maissin'

Voir toutes les photos
30 avril 2020

OLIVIER CALVARIN

Fils de Jean François et de Marie Anne Prigent, Olivier CALVARIN est né le 12 juillet 1888 à Ploudalmézeau. En octobre 1909, il part effectuer son service militaire au 132e régiment d'infanterie de Reims. Libéré le 24 septembre 1911, il rentre à Ploudalmézeau ou il est cultivateur dans la ferme familiale.
A la déclaration de la guerre, il est mobilisé au 19e régiment d'infanterie de Brest. Il rejoint la caserne des le 2 aout 1914 et quitte Brest pour le front le 8 aout. Le 22 aout 1914 a lieu le premier combat du 19e RI à Maissin en Belgique. Olivier Calvarin est tué au cours de cette attaque.

Les parents d'Olivier vont payer un lourd tribu à la guerre. En l'espace d'une semaine, trois de leurs fils sont tués au combat. Jean Marie, soldat au 124e régiment d'infanterie, est tué le même jour qu'Olivier, le 22 aout à Virton en Belgique. Joseph, mobilisé au 219e régiment d'infanterie, est tué le 28 aout 1914 à Sailly-Saliseul dans la Somme.

Trois soldats

Posté par loss à 19:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


15 janvier 2020

JOSEPH PERTEL

LOSCOUET-SUR-MEU(22) eglise JYCFils de Pierre et Marie Cholet, Joseph Mathurin Léon PERTEL est né le 8 aout 1890 à Loscouët sur Meu, dans les Côtes d'Armor, ou il exerce le métier de cultivateur.
Il effectue son service militaire au 19e régiment d'infanterie de Brest d'octobre 1911 à novembre 1913.
Mobilisé le 3 aout 1914, il rejoint la 4e compagnie du 19e RI à Brest et part pour le front.
Joseph PERTEL est tué lors du premier combat à Maissin en Belgique le 22 aout 1914.

Sans nouvelle et ignorant son sort, sa famille fait une demande auprès de la Croix Rouge de Genève afin de savoir s'il est prisonnier en Allemagne. La tragique réponse arrive le 1er novembre 1914. Joseph est mort et enterré à Maissin dans l'une des nombreuses fosses communes creusées par les Allemands après les combats.

Posté par loss à 16:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

19 décembre 2019

LE JOURNAL D'UN SURVIVANT DE LA BATAILLE DE MAISSIN

Kleber ARGOUARCH, caporal au 19e régiment d'infanterie, raconte sa participation à la bataille de Maissin dans son carnet de guerre. Il sera grièvement blessé le 23 aout 1914 à Maissin.

Le journal d'un survivant de la bataille de Maissin

Un de mes frères a retrouvé le carnet de campagne de mon grand-père alors caporal au 19e régiment d'infanterie de Brest et âgé de 18 ans. Kléber Argouarc'h a survécu miraculeusement à la terrible bataille de Maissin en Belgique où beaucoup de Bretons ont été tués. Cela s'est passé le 22 août 1914.

https://abp.bzh

Posté par loss à 17:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

05 mai 2019

KLEBER ARGOUARC'H

Argouarch

Kléber Marie AROUARC'H est ne le 14 janvier 1896 à Plouzané dans le Finistère. Il a la vocation militaire très jeune et incorpore l'école des enfants de troupe des Andelys en 1909 à l'age de 13 ans. Le 14 janvier 1914 jour de ses 18 ans, il signe, à la mairie des Andelys, un engagement volontaire pour cinq ans au 19e régiment d'infanterie de Brest. Il est nommé caporal le 16 mai de la même année.
A la mobilisation d'aout 1914, il quitte Brest avec son régiment en direction de la frontière. Après quelques jours passés dans la région de Sedan, c'est le premier combat du 19e R.I. à Maissin en Belgique et c'est là que Kléber Argouarch est gravement blessé d'une balle au poumon le 23 aout 1914. Il est évacué sur Sedan où il reçoit les premiers soins. Intransportable, il reste à Sedan alors que l'armée française quitte la ville et c'est là qu'il est fait prisonnier par les Allemands. Après ses soins, il est transféré au camp de Giesen en Allemagne où il restera quatre longues années.

Dans son carnet de campagne, Kelber Argouarch raconte les combats de Maissin. Voir ici =>

Le journal d'un survivant de la bataille de Maissin

Un de mes frères a retrouvé le carnet de campagne de mon grand-père alors caporal au 19e régiment de Brest. Kléber Argouarc'h a survécu miraculeusement à la terrible bataille de Maissin en Belgique où beaucoup de Bretons ont été tués.

https://abp.bzh

Rapatrié en France le 11 décembre 1918, il se réengage dans l'armée où il poursuivra une longue carrière. Pendant la seconde guerre mondiale, il sert de nouveau au 19e RI où il commande le 1er bataillon. Voir ici => https://abp.bzh/article.php?id=31347

Outre sa carrière militaire, Kléber Argouarc'h est aussi un grand sportif qui participe au Jeux Olympique d'Anvers en 1920 ou il finit à la cinquième place du 800 mètres en demi-finale. Voir ici => https://abp.bzh/la-poitrine-transpercee-par-une-balle-en-1914-il-court-le-800m-aux-jo-d-anvers-en-1920-39293

Citation à l'ordre du Corps d'Armée :
Le 23 aout 1914 à Maissin, chargé de la défense d'une ferme, s'est acquitté de sa mission avec une bravoure et une énergie exemplaire. Grièvement blessé à son poste de combat, a refusé de se faire évacué, a été fait prisonnier.

Merci à son petit fils, Philippe Argouarc'h pour ses photos et informations.

Posté par loss à 18:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

15 mars 2019

JOSEPH CELESTIN MARIE COMMEAUX

joseph commeauxJoseph Célestin Marie COMMEAUX est né le 13 mars 1891 à Trébry dans les Cotes d'Armor ou il exerce le métier de cultivateur.
En octobre 1912, il part effectuer son service militaire au 19e régiment d'infanterie de Brest et est nommé soldat de 1ere classe le 1er aout 1913. Toujours sous les drapeaux à la déclaration de la guerre, il quitte Brest avec son régiment le 8 aout 1914 en direction de la frontière. Joseph est tué au combat le 22 aout 1914 à Maissin en Belgique. Une liste allemande de 1915 stipule qu'il est inhumé à Maissin. De nos jours, il n'existe pas de tombe au nom de Joseph Commeaux dans ce village. Il est fort probable qu'il repose anonymement dans un des deux ossuaires du cimetière Pierre Massé à Maissin.

Posté par loss à 18:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


21 janvier 2019

AUGUSTE LE BOULANGER

Auguste Le Boulanger Né le 26 aout 1888 à Plounévez-Moëdec dans les Côtes d'Armor, Auguste Marie LE BOULANGER est laboureur dans la ferme de ses parents.
Il effectue son service militaire au 19e régiment d'infanterie de Brest de 1909 à 1911 et est rappelé par le décret de mobilisation générale d'aout 1914 dans le même régiment.
Affecté à la première compagnie commandée par le capitaine Lesdos, il quitte la caserne de Brest le 8 aout 1914 pour rejoindre le front. Le 22 aout 1914, Auguste disparaît lors des combats de Maissin en Belgique. Sans nouvelle de lui depuis cette date, ses parents écrivent à la Croix Rouge de Génève, espérant qu'il est emprisonné dans un camp en Allemagne. La réponse anéantit leur espoir, ils sont informés en mars 1915 que leur fils a été tué le 22 aout 1914 à Maissin et qu'il y a été inhumé par les Allemands.
De nos jours, les fosses communes ou reposaient les soldats inhumés à Maissin par les Allemands ont été relevés et les corps ont été regroupés dans deux fosses ou ils reposent anonymement dans le cimetière Pierre Massé à Maissin.

Merci à son petit neveu Erwan Scolan pour ses informations.

Posté par loss à 17:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

02 octobre 2017

YVES MARIE LE BEZVOET

Le Bezvoet Yves

Yves Marie Le Bezvoët est né le 25 novembre 1893 à Ploubazlanec dans les Côtes d'Armor ou il exerce le métier de cultivateur. En octobre 1913, il part effectuer son service militaire au 19e régiment d'infanterie ou il se trouve en aout 1914 à la déclaration de la guerre.
Il quitte Brest avec son régiment le 8 aout 1914 en direction de la frontière et est déclaré disparu, tué à l'ennemi, le 14 septembre 1914 à Suippes dans la Marne. Une citation à titre posthume, avec attribution de la Croix de guerre, lui est décernée:
" Brave soldat. Belle conduite au feu, le 14 septembre 1914 à Suippes, ou il est tombé glorieusement frappé en se portant à l'attaque des positions ennemies. "

Quelques années plus tard, la famille reçoit une lettre venant de Belgique ou une habitante de Libin, Me Guillaume, dit qu'en aout 1914 elle a soigné 10 jours durant Yves Marie Le Bezvoët au château de Buchay ou il est décédé des suites de ses blessures et qu'il a été inhumé dans une fosse commune dans le vieux cimetière de Libin.

Libin - Le chateau de Buchay

En fait, Yves Marie Le Bezvoët, soldat à la 9e compagnie du 19e RI, n'a pas été tué le 14 septembre 1914 à Suippes. Il a été blessé lors des combats de Maissin le 22 aout 1914. Relevé du champ de bataille par les allemands et transporté au château de Buchay à Libin, ou ces derniers avaient installé un lazareth pour y soigner les nombreux blessés, il y est décédé une dizaine de jours plus tard et ensevelli dans une fosse commune en compagnie de 50 autres soldats victimes, eux aussi, des combats de Maissin.

Libin Monument 1914 - Copie
Fosse commune de Libin pendant la guerre - La statue, en papier maché, sera remplacée en 1921.

Grâce à Me Guillaume, la famille a pu connaitre la vérité sur les derniers instants d'Yves Marie Le Bezvoët. Les échanges de courriers se sont poursuivis et à chaque nouvelle année on s'échangeait les voeux.
On ignore la date à laquelle les corps de cette fosse ont été relevés. On suppose que ces 50 soldats ont été ré-inhumés dans l'un des ossuaires de la nécropole Pierre Massé à Maissin. Il n'a pas été possible de les identifier car ils avaient été enterrés sans papiers ni plaques d'identification.

Une question subsiste: Pourquoi avoir retenu le 14 septembre 1914 à Suippes comme date et lieu de décès d'Yves Marie Le Bezvoët ?
Une hypothèse pourrait être que, vu les événements qui ont suivis les combats de Maissin (la retraite et la bataille de la Marne), on ne se soit aperçu de sa disparition que le 14 septembre 1914...

Merci à son neveu, Louis Le Bezvoët, pour le partage de ces informations.

Posté par loss à 19:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 août 2015

RETROSPECTIVE

Dans le numéro du 25 septembre 1914 de La semaine religieuse du diocèse de Quimper et Léon est paru un extrait d’une lettre d’un prêtre, soldat dans un des régiments de la 22e division d’infanterie, qui évoque les premières semaines de guerre :

12 septembre,

Depuis le 21 aout, ça a chauffé dur. Le 21, nous sommes entrés en Belgique. Le 22, à Maissin, grande bataille qui a duré encore le jour suivant. La 22e division a fait des prouesses. Nous dûmes ensuite reculer jusqu’à Bouillon et jusqu’à Sedan. Depuis, pas un moment de repos pour notre armée et surtout le 11e Corps. On a résisté très énergiquement devant Sedan et autour de La Fère-Champenoise. Ce furent trois jours de luttes héroïques et terribles. Des français sont tombés, mais encore plus d’allemands. Notre canon de 75 fait vraiment merveille. Le canon allemand est loin de le valoir. Les allemands ont un seul avantage sous ce rapport, ce sont leurs pièces d’artillerie lourde qui portent fort loin.

A partir de ce moment, 27 et 28 aout, nous avons reculé vite : à peine des combats d’artillerie ; l’infanterie donna fort peu. Tactique, sans soute, mais les soldats avaient peine à comprendre. Nous avons fait marches sur marches, soigné blessés sur blessés, souvent des compatriotes…

A La Fère-Champenoise on nous dit : « Il faut que l’armée de la Meuse (la nôtre) résiste quatre jours ». On résista quatre jours : que de deuils ! Puis, subitement, hier matin, voilà le terrain vidé, les allemands ont pris la fuite vers le nord. Nous les poursuivons…

Grosses fatigues mais bonne santé. Priez et faites prier pour nous.

Y.P.

15 septembre 2014

CENTENAIRE DES COMBATS DE MAISSIN

Le 24 aout 2014 a eu lieu la cérémonie pour le centenaire des combats de Maissin.

Le 22 aout 1914, les combats de Maissin, qui eurent lieu dans le cadre de la bataille des frontières, furent meurtrier pour le 11e Corps d'Armée breton et vendéen dont faisait partie le 19e régiment d'infanterie. Premier combat du régiment brestois, il a eu 262 hommes tués mais aussi beaucoup de blessés, de disparus, de prisonniers. Beaucoup de soldats furent marqués à jamais par l'horreur de ces premiers combats.

Une foule nombreuse était présente à Maissin parmi laquelle une délégation de bretons mais aussi des descendants des soldats ayant combattu en ces lieux.

La montée au cimetière Pierre Massé ou va avoir lieu la cérémonie.

La montée au cimetière Pierre Massé

Les discours des officiels

Les discours des officiels

Dépôt de gerbes au pied du calvaire breton venu du Tréhou (Finistère)

Dépôt de gerbes au calvaire

Le drapeau du 19e régiment d'infanterie était présent.

Drapeau du 19e RI

La chaine de télévision TVLux a fait un petit reportage sur cette cérémonie que vous pouvez voir en cliquant sur le lien suivant => http://www.tvlux.be/video/paliseul-1418-les-bretons-a-maissin-_17099.html

En parallèle de la cérémonie, une exposition se tenait dans la maison communale de Maissin. Elle retraçait l'histoire des combats, le calvaire des habitants de Maissin mais aussi l'histoire du calvaire breton du Tréhou (Finistère) déplacé en 1932 pour veiller sur le dernier sommeil des soldats inhumés dans le cimetière Pierre Massé.

Expo

Posté par loss à 18:31 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

13 août 2014

UNE EMISSION SUR LES COMBATS DE MAISSIN

Dans le cadre du centenaire, une télévision belge a réalisé toute une serie d'émission sur la bataille des frontières dont une est consacré aux combats de Maissin.
Cliquer ici pour la voir => http://www.tvlux.be/video/un-jour-en-enfer-ep-11-maissin-porcheresse_17006.html