19 mars 2016

EN ROUTE POUR VERDUN

Les 24 et 25 février 1916, le 19e régiment d'infanterie est relevé du front de Tahure en Champagne. Rassemblé à Croix en Champagne, il se rend à Saint Jean sur Moivre, Omey et Pogny le 26 puis à Breuvery sur Coole et Saint Quentin sur Coole ou il reste jusqu'au 9 mars. Ce même jour, après 30 kilomètres parcourrus à pieds, il s'installe à Poix, Moivre et le Fresne.
Le 23 mars, la 22e division d'infanterie (62e, 116e, 19e et 118e RI), détachée temporairement du 11e Corps d'Armée, est mise à la disposition de la IIe Armée. Le 19e régiment d'infanterie se rend alors à Somme-Yevres. Le 25, il est acheminé en camion à Villote de Louppy et Louppy le Château.
Le 27 mars, la 22e division d'infanterie est mise à la disposition du général Guillaumat pour remplacer à Verdun la 42e division d'infanterie. Pour ce faire, le 19e R.I est envoyé, dans un premier temps, à Vaubécourt et Evres puis emmené en camion à Baleycourt d'ou il gagne Verdun à pieds et s'installe dans la caserne Miribel dans la soirée du 30. Aussitôt, quelques officiers partent reconnaitre le futur secteur que le régiment doit tenir.

Bois Nawé

Des le lendemain soir, les 1er et 3e bataillons du 19e régiment d'infanterie partent pour relever le 94e régiment d'infanterie tandis que le 2e bataillon reste en réserve à Verdun. Cette relève particulièrement pénible a lieu sous l'incessant bombardement ennemi. Lors de la traversée du bois de Nawé, les troupes s'égarent dans les boyaux à peine creusés. Tant bien que mal, elles arrivent sur zone et découvrent leur nouvelle position qui est très proches des premières lignes ennemies. Constituée d'ébauches de tranchées non reliées entre elles, les hommes s'y abritent comme ils peuvent. Beaucoup d'entre eux sont obligés de se terrer dans des trous d'obus.
*****************************************************************************

Jaisson Robert 1Dans une lettre écrite à ses parents Robert JAISSON, soldat à la 1ere compagnie du 19e RI, décrit l'enfer de ce nouveau secteur :

Sous les obus le

Dimanche 2 avril 1916

Mes chers Parents,

Priez, priez beaucoup pour celui qui est en train de recevoir le baptême du feu. Oh oui priez bien pour moi. Si vous saviez combien de fois j’ai manqué de mourir depuis à peine 36 heures que nous sommes là.
Priez nous sommes à V…… à la gauche du fort de D… occupé par les Boches. Il n’y a pas de tranchées quelques trous seulement par ci par là. Et puis les rafales de 75 français qui arrivent sur nous (oui c’est les 75 que les Boches ont pris dans le fort qui nous massacrent nous autres français). Les grosses marmites ça n’arrête pas une minute de taper au dessus et autour de nous. Il faut avoir du courage pour écrire dans un pareil moment.
Priez beaucoup ma lettre n’arrivera peut-être pas ou si elle part ce sera peut-être la dernière que vous aurez de moi. Ca n’arrête pas encore plus fort la nuit que le jour. Les soldats qui sont là depuis le début de la guerre disent qu’ils n’ont jamais vu un pareil enfer
Oh oui prie beaucoup mon cher Papa, tiens je pleure il y a une larme sur ma lettre, prie beaucoup chère Maman, Denise, Maurice, Victorine, Léonie.
Il n’y a que 20 jours à passer ici mais jamais plus je ne vous reverrai.
Hier soir un de mes camarades, mon meilleur ami a été blessé à côté de moi. Je n’ai rien eu et lui il a eu la jambe broyée. Combien de morts et de blessés déjà et il n’y a qu’un jour.
Ma Cie est en réserve dans un bois à 200 m des Boches. Ca bombarde jour et nuit. Du bois tous les arbres sont fauchés. Ce matin les Boches ont attaqué sans résultat. Ils se vengent en bombardant encore plus furieusement. C’est horrible.
Priez bien la Ste Vierge pour moi. D’un moment à l’autre je m’attends à être broyé ou déchiqueté. J’ai fait à Dieu le sacrifice de ma vie en lui promettant, si j’en échappais, d’être meilleur chrétien et plus fidèle.
La nuit on travaille à découvert sur la plaine pour creuser des tranchées.
Je n’en ai plus pour bien longtemps.
Adieu Papa nous nous reverrons là-bas, je vais aller rejoindre maman Emma
Adieu Maman Marie, Adieu Maurice. Au revoir Denise ma petite sœur. Victorine et Léonie adieu.
Priez tous, priez beaucoup

            A Dieu

Je vous embrasse une dernière fois

 Robert

Lettre prémonitoire... Robert JAISSON disparait dans l'enfer de Verdun le 17 avril 1916. Découvrez son histoire => ICI


18 août 2015

RETROSPECTIVE

Dans le numéro du 25 septembre 1914 de La semaine religieuse du diocèse de Quimper et Léon est paru un extrait d’une lettre d’un prêtre, soldat dans un des régiments de la 22e division d’infanterie, qui évoque les premières semaines de guerre :

12 septembre,

Depuis le 21 aout, ça a chauffé dur. Le 21, nous sommes entrés en Belgique. Le 22, à Maissin, grande bataille qui a duré encore le jour suivant. La 22e division a fait des prouesses. Nous dûmes ensuite reculer jusqu’à Bouillon et jusqu’à Sedan. Depuis, pas un moment de repos pour notre armée et surtout le 11e Corps. On a résisté très énergiquement devant Sedan et autour de La Fère-Champenoise. Ce furent trois jours de luttes héroïques et terribles. Des français sont tombés, mais encore plus d’allemands. Notre canon de 75 fait vraiment merveille. Le canon allemand est loin de le valoir. Les allemands ont un seul avantage sous ce rapport, ce sont leurs pièces d’artillerie lourde qui portent fort loin.

A partir de ce moment, 27 et 28 aout, nous avons reculé vite : à peine des combats d’artillerie ; l’infanterie donna fort peu. Tactique, sans soute, mais les soldats avaient peine à comprendre. Nous avons fait marches sur marches, soigné blessés sur blessés, souvent des compatriotes…

A La Fère-Champenoise on nous dit : « Il faut que l’armée de la Meuse (la nôtre) résiste quatre jours ». On résista quatre jours : que de deuils ! Puis, subitement, hier matin, voilà le terrain vidé, les allemands ont pris la fuite vers le nord. Nous les poursuivons…

Grosses fatigues mais bonne santé. Priez et faites prier pour nous.

Y.P.

14 avril 2015

LE LIVRE D'OR DU 19e REGIMENT D'INFANTERIE - 3

Livre d'or du 19e RI

Outre les citations reçues à titre individuel des deux articles publiés précédemment, des citations à l'ordre de la 22e Division d'Infanterie ont été aussi données pour une action collective.

Le 2e bataillon du 19e régiment d’infanterie commandé par le chef de bataillon FOHANNO :
« Sous la conduite énergique de son chef, s’est porté résolument en avant, franchissant les tranchées d’un élan irrésistible, faisant prisonniers 10 officiers et 207 hommes de troupes. »

La 8e compagnie du 19e régiment d’infanterie :
« Le …, devant …, après s’être emparée de la première ligne ennemie, s’est élancée à l’attaque d’une batterie d’artillerie, dont elle a mis toutes les pièces hors d’usage. »

La 4e compagnie du 19e régiment d’infanterie :
« Le …, à l’attaque de la …, s’est élancée à l’assaut de la position ennemie avec un ensemble, une bravoure, une volonté qui ont fait l’admiration de tous. A obtenu un succès complet. »

La 4e section de la 13e compagnie du 19e régiment d'infanterie :
« Commandé par le sergent THEBAUT, cette unité, chargée d’accompagner une troupe d’assaut à …, et d’occuper les positions conquises, est arrivée sur la position ennemie en même temps que la vague qu’elle était chargée de soutenir. S’est immédiatement mise en batterie, malgré un violent tir d’artillerie et d’infanterie. »

Croix de Guerre B

30 mars 2015

LE LIVRE D'OR DU 19e REGIMENT D'INFANTERIE - 2

Livre d'or du 19e RI

Croix de Guerre B

Voici la suite des citations parues dans la Dépêche de Brest en octobre 1915.
Citations à l'ordre de la 22e Division d'Infanterie :

Henri PETIT, médecin aide-major de 2e classe :
« A assuré avec une bravoure et un dévouement absolus la recherche et l’évacuation des blessés, au milieu d’un bombardement très intense et pendant l’assaut d’une position allemande. A pansé plus de 100 blessés. »

Jean BOIDEC, sergent-fourrier :
« A fait la guerre de tranchées depuis 12mois ; s’était déjà distingué à l’attaque d’Ovillers-la-Boisselle le 17 décembre 1914. Le …, devant …, tous ses officiers ayant été mis hors de combat, a pris le commandement de la campagne et l’a très bien dirigée pour l’attaque, sous un feu très violent de mitrailleuses et de mousqueterie. »

Joseph HOUPIN, caporal :
« S’était déjà fait remarquer aux combats de Maissin, le 22 août 1914, et de …, le … ; devant …, marchant en tête d’une section, a été blessé et n’en a pas moins conservé son commandement. Blessé une deuxième de fois grièvement, et de plus presque asphyxié, n’a consenti à être évacué que sur l’ordre formel de son commandant de compagnie. »

Georges GUILLOUX, adjudant :
« Dans la matinée du …, devant …, a fait prisonniers avec sa section plus de 80 Allemands non blessés, qui, avec des mitrailleuses, gênaient la progression des bataillons. Sous-officier très brave, qui a déjà donné des preuves multiples d’un courage à toute épreuve. »

René ROBERT, sous-lieutenant :
« Au front depuis le 5 septembre 1914, a pris part à toutes les attaques depuis cette date, et s’est particulièrement distingué devant les positions ennemies de … A conduit brillamment sa section à l’assaut.

Jean Pierre LE BOT, sous-lieutenant :
« Energique et brave, a conduit d’une façon remarquable sa section à l’assaut des tranchées ennemies devant …, sous un feu et un bombardement violent. »

René OUTIN, sous-lieutenant :
Courageux et énergique. A conduit d’une façon brillante sa section à l’attaque des tranchées ennemies de …, malgré un feu violent de mitrailleuses très intense. A été blessé pendant l’assaut.

Guillaume RIOU, sergent :
« Très dévoué et très courageux. Devant …, s’est résolument porté dans un bois battu par des mitrailleuses allemandes. A emporté la position et s’y est maintenu jusqu’à la dernière extrémité. »

Jean SALMON, sergent :
« Déjà cité à l’ordre du régiment pour sa brillante conduite à la Boisselle où, bien que blessé en dégageant son sergent-major enseveli, a refusé d’être évacué. Le … devant …, a été grièvement blessé de deux balles en se portant bravement à l’assaut des positions ennemies sous un feu et un bombardement intenses. »

Henri BALLABOUS, soldat :
« Tué glorieusement en allant porter un ordre urgent, sous un bombardement intense et un feu de mitrailleuses et d’infanterie des plus violents. Toujours volontaire pour les missions périlleuses. »

Ange LALICAN, sergent :
« A été tué glorieusement au cours d’une patrouille, dont la mission comportait des dangers considérables, après avoir demandé à la commander comme volontaire. »

François CORDON, sous-lieutenant :
« Officier admirable de courage et de bravoure. Le .., a brillamment porté sa section à l’attaque des positions ennemies devant …. Depuis cette date, donne à tous l’exemple des plus grandes qualités d’endurance, de calme, de sang-froid et d’esprit de décision, ne dépensant, sans compter, malgré les difficultés de sa position. »

Paul CARIOU et Jean BOHIC, sous-lieutenants :
« Ont brillamment entrainé leur section devant …, à l’assaut des formidables positions défensives allemandes. Ont même dépassé les pièces d’artillerie ennemies, faisant prisonniers ou mettant hors de combat tous les servants. »

Eugène DUEDAL, sergent :
« Sous-officier plein de courage, capable de tous les dévouements. Blessé grièvement pour la troisième fois en se portant résolument à la tête de sa section à l’assaut des positions ennemies de …, sous un violent bombardement et un tir de mitrailleuse des plus intenses. »

Yves DUGAIN, sergent :
« Présent sur le front depuis le début de la campagne, a toujours fait preuve de courage et d’entrain, même dans les circonstances les plus difficiles. Blessé le …, pendant l’assaut des positions allemandes de …, a quand même gardé le commandement de sa demi-section, continuant à progresser avec elle jusqu’au moment où, complètement épuisé, il a dû se laisser transporter par force au poste de secours. »

Jean SALAUN, sous-lieutenant :
« Le …, devant …, à la tête de sa compagnie qu’il a entraînée brillamment à l’assaut de formidables tranchées allemandes fortement organisées, y a fait plus de 50 prisonniers et pris beaucoup de matériel. Déjà titulaire d’une citation à l’ordre du corps d’armée. »

KUDELSKI, médecin auxiliaire :
« Le …, a accompagné son bataillon à l’assaut des tranchées allemandes de … pour panser et soigner les blessés. N’a pas hésité, au mépris de dangers considérables, à se rendre auprès des blessés sur un point violemment bombardé, où trois de ses brancardiers ont été tués à ses côtés. S’était déjà distingué en des circonstances absolument semblables, le 17 décembre 1914, à Ovilliers-La Boisselle. »

Guillaume RIOU, sergent :
« Sous-officier très énergique et très brave. A l’attaque de la …, s’est porté résolument en avant, et aidé par un caporal de sa section, a pris entre les mains des Allemands deux fusils-mitrailleuses, un canon de rechange et un lance-bombes. »

Henri CALVEZ, lieutenant :
« S’est distingué dans les combats de … au … en assurant d’une façon parfaite la liaison téléphonique du corps sous un bombardement extrêmement violent et en dressant le croquis des positions conquises, ce qui a permis de se faire rapidement une idée exacte de la situation. Le …, a été fortement contusionné par éclat d’obus au …, écroulé par un obus de gros calibre. »

Victor ANDRE, sous-lieutenant :
« Chef d’une section de mitrailleuses, le …, devant …, s’est porté résolument en avant à la tête de son unité, et a été très grièvement blessé en abordant les tranchées ennemies. »

François MOISAN, soldat téléphoniste :
« Tombé glorieusement devant …, en réparant une ligne téléphonique sous un très violent bombardement. »

Jean Louis ROBIN, soldat brancardier :
« Tué glorieusement devant …, en se portant au secours des blessés, sous un très violent bombardement. »

BELLANGER, aspirant :
« Devant …, a entrainé sa section à l’attaque d’une manière admirable. A enlevé une tranchée dont il a tué ou pris tous les défenseurs. »

Yves DERRIEN, sous-lieutenant :
« Brave et bon officier, exemplaire dans le service comme au feu. Blessé grièvement d’une balle au ventre, et n’a quitté la ligne qu’après avoir passé le commandement à son sous-lieutenant. »

Louis CHEVANCHE, lieutenant :
« Sur le front depuis le début de la campagne. Comme commandant de compagnie dans le secteur de …, a fait preuve, en maintes circonstances difficiles, de qualité militaire de premier ordre. Comme officier d’approvisionnement, se dépense sans compter : ne compte ni son temps ni sa peine ; apporte la plus grande compétence dans le service important dont il est chargé. N’hésite pas à se rendre souvent avec son ravitaillement, malgré plusieurs bombardements, à proximité des premières lignes pour assurer dans les conditions les plus rapides et les meilleures, l’approvisionnement du régiment. »

Louis GAILLARD, lieutenant :
« Blessé grièvement le 22 août 1914 au combat de Maissin (Belgique), en écrivant un ordre sous la dictée de son chef de corps, ordre dont il a assuré lui-même la transmission malgré sa blessure. A tenu à rejoindre son corps avant complète guérison. Sur le front depuis 10 mois. Officier d’une haute valeur morale et militaire. Travailleurs infatigables, n’a ménagé ni son temps ni sa peine pendant les dernières journées d’attaque, en allant deux et trois fois chaque nuit conduire les voitures amenant aux hommes une nourriture chaude et confortable, malgré de violents bombardements. »

GODART DE DONVILLE, sous-lieutenant :
« Officier très brave, se tenant admirablement au feu. A rallié plusieurs isolés égarés de leur unité et les a reconduits brillamment à l’attaque des positions ennemies. »

MONCONDUIT, sous-lieutenant :
« Faisant partie d’une catégorie rappelée dans ses foyers, est resté au front sur ses instances ; s’est vaillamment comporté en maintes circonstances. Resté seul officier de sa compagnie, à l’attaque du …, a pris le commandement de l’unité et fait intervenir ses mitrailleuses à tous les moments utiles. »

Michel COCARLY, sergent, et Jean PROUF, caporal :
« Sur le front depuis le début de la campagne, ont toujours fait preuve de la plus grande énergie et d’un mépris absolu du danger. Pendant les combats du … au … à …., se sont particulièrement distingués en dirigeant avec un dévouement inlassable, les équipes de réparations de lignes téléphoniques sous un feu violent et incessant. »

François MORVAN, Hyacinthe LE MARCHAND, Michel BOURVIE, Augustin CRENN, soldats sapeurs :
« Modèles de courage, de dévouement, de discipline. Pendant les journées d’attaque du … au … devant …, ont constamment suivi le chef de corps, servant d’agents de liaison d’une façon très intelligente. Se sont employés sans relâche à la construction d’abris et de P. C., malgré un violent bombardement d’obus de gros calibre et à gaz asphyxiants. Jour et nuit, sans une minute de repos, ont fait le coup de feu à l’occasion avec leurs camarades de la première ligne. Blessés au cours de la dernière journée d’attaque. »

Les soldats brancardiers NICOLAS ; LE FLOCH ; ROHEL, 2e compagnie; MORVAN, 3e compagnie; DERRIEN ; LE LAYS, 11e compagnie; ROUDAUT, 14e compagnie :
« Blessés grièvement pendant les journées d’attaque du … au … devant …, en se portant bravement au secours de blessés sur un terrain découvert, battu violemment par le feu de l’artillerie et de l’infanterie ennemies. »

LEHO, soldat musicien :
« Brancardier d’un zèle et d’un dévouement admirables. Courageux, énergique, se dépensant sans compter. A été blessé le … devant …. A refusé d’être évacué. »

Jean-Baptiste RINEAU, sergent :
« Sous-officier très brave. Le …, devant …, faisant partie d’une corvée de nettoyeurs, a pénétré résolument dans un abri ennemi fortement occupé. Blessé à la main, a néanmoins continué à lancer des grenades sur les Allemands jusqu’au moment où ils se sont rendus. »

Jean ROUDAUT et Yves GALLARDON, caporaux :
« Tués glorieusement en améliorant une tranchée conquise à l’ennemi. Gradés très braves. »

Henri PODER, soldat :
« Agent de liaison d’une compagnie. Sur l’insistance de son commandant de compagnie, qui voulait l’envoyer à l’examen du médecin, a répondu : « Je suis le seul agent de liaison restant et je ne quitterai pas mon poste. » A continué à transmettre les ordres en passant dans les zones les plus dangereuses, pendant toutes les journées d’attaque. »

Emile ROCABOIC, soldat :
« Soldat d’un dévouement à toute épreuve, intelligent et courageux. Très grièvement blessé devant … en procédant au nettoyage des fortins ennemis. »

Louis SEGUENNOT, sergent :
« Très grièvement blessé devant …, en se portant résolument à l’assaut des tranchées ennemies sous un bombardement extrêmement violent.

BOHEC, caporal, et Yves SCORDIA, soldat :
« Devant …, se sont précipités les premiers à l’attaque des tranchées allemandes, entrainant par leurs bel exemple tous les hommes de leur unité. Dans un entonnoir ennemi, ont combattu furieusement à coups de grenades, en attendant l’arrivée des renforts. »