Photos liées au tag '19e régiment d'infanterie'

Voir toutes les photos
16 novembre 2022

VINCENT MARIE MAHE

Vincent Mahé et sa soeur 2Fils de Mathurin et de Louise Tuffin, Vincent Marie Mahé nait le 14 janvier 1896 à Saint Thuriau dans le Morbihan.
Il exerce la profession de garçon de café lorsqu'il est mobilisé au 19e régiment d'infanterie de Brest le 8 avril 1915.
Deux mois plus tard, il décède à l'hôpital maritime de Brest, rue Lannouron, à l'age de 19 ans.

 

Merci à sa petite nièce pour la photo et ses informations.

Posté par loss à 18:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


06 octobre 2022

LUCIEN ALBERT DARCHE

Laffaux avril 1917

Fils de François et de Julie Gibert, Lucien Albert DARCHE nait le 24 juin 1884 à Crouy sur Ourcq dans le département de Seine et Marne ou il exerce la profession de charretier. En aout 1914, il est mobilisé au 76e régiment d'infanterie de Coulommiers, régiment ou il avait effectué son service militaire de 1905 à 1907. Il est blessé le 12 janvier 1915 dans le secteur du bois Bolante en Argonne. A sa guérison, il est muté à la 11e compagnie du 19e régiment d'infanterie le 2 mai 1916. Lucien Albert Darche est tué au combat par éclat de grenade le 6 avril 1917 devant Laffaux sur le Chemin des Dames.

Il est décoré de la Croix de Guerre à titre posthume avec la citation suivante:
"Soldat courageux et dévoué. Tombé au champ d'honneur pour le salut de la patrie le 6 avril 1917 à Laffaux. Mort en brave."

Posté par loss à 19:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

03 août 2022

ANDRE MARIE AUFFRET

André Marie Auffret

Fils de Marc et Marie Joseph Le Calvez, André Marie AUFFRET nait le 6 juillet 1888 à Plélauff dans les Côtes d'Armor. Il est cultivateur puis quitte la Bretagne en direction de Versailles ou il excerce le métier de garçon boucher. C'est à Versailles qu'il rencontre sa future épouse, Mélanie Augustine Jouseau. Ils se marient le 17 février 1914 mais ils ne connaîtront que quelques mois de bonheur.
Le 3 aout 1914, André est mobilisé et part à la guerre avec le 19e régiment d'infanterie de Brest. Il est sergent. Le 15 janvier 1915, il est blessé lors d'une attaque Allemande à La Boisselle dans la Somme. En cette même année 1915 nait son fils André Auguste. Après sa guérison, André repart au front.
Le 5 mai 1917, Le 19e régiment d'infanterie attaque sur le Chemin des Dames. Sa mission est de prendre à l'ennemi un certain nombre de tranchées dans le secteur d'Hurtebise mais aussi de s'emparer des creutes du dragon et des saxons. A 9 heures, le régiment s'élance à l'assaut mais ils est aussitôt sous le feu des nombreuses mitrailleuses ennemies.
Le sergent André Marie Auffret est tué des le début de l'attaque, d'une balle à la tête, victime de ces tirs de mitrailleuses.
Le lieu de sa sépulture est inconnu, peut être repose t'il encore quelque part sur le Chemin des Dames.

André Marie Auffret est décoré de la médaille militaire et de la croix de guerre avec la citation suivante:
"Au cours d'une attaque violente, a rallié les hommes de sa section et s'est opposé avec une rare énergie à l'avance ennemie, permettant ainsi l'établissement d'un barrage et contribuant au maintien de la ligne."

Je remercie sa petite fille pour la photo et ses informations sur son grand père.

Posté par loss à 20:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

07 juin 2022

VICTOR JOSEPH GUILLOIS

Victor Joseph GUILLOIS, 8ème d'une fratrie, naît à Brest le 14 octobre 1880 d'un pèregendarme à pied. Il intègre en 1894 l'école des enfants de troupes de Montreuil sur Mer jusqu'en 1898 d'où il contracte un engagement volontaire de 5 ans à Lorient le 17 octobre 1898 au 62e RI. Il passe ensuite au 64e RI, puis au 5e RI Coloniale. Au terme de celui-ci il contracte, en date du 8 octobre 1903, un nouvel engagement de 5 années au sein de ce dernier régiment; il passe successivement au 2ème et 1er Régiment Infanterie Coloniale. Au cours de cette période plusieurs campagnes, Cochinchine, Cambodge et Algérie.
A l'issue de cette période en date du 21 décembre 1908 à Brest il reprend un engagement de 5 ans au sein du 2ème régiment étranger puis au 1er régiment étranger le 1 juillet 1912. Durant cette période, il effectuera plusieurs campagnes en Algérie, aux confins Algéro-Marocain et la région Saharienne ou il participe à plusieurs affaires en avril 1913, l'attaque de nuit de Mekhila, affaire du Zag, le combat de Sanga et le 28 mai 1913 au Combat d'Ain-El-Arba.
Le 7 janvier1914, il est admis à faire valoir ses droits à la pension proportionnelle de retraite.

Victor Guillois 2

Victor Joseph Guillois est rappelé à l'activité par décret de mobilisation générale d’août 1914. Affecté au 19e régiment d’infanterie de Brest le 2 août 1914, il passe caporal le 22 octobre 1914. Il rejoint son régiment sur le front le 1er décembre 1914 dans le secteur de La Boisselle dans la Somme. Promu sergent le 6 décembre 1914 puis adjudant le 23 décembre 1914, il est cité à l'ordre de son régiment :
« Adjudant de réserve au 19ème régiment d'infanterie; mobilisé le 2 août 1914. A, dans la journée du 3 février 1915 à 10 heures, été enlever 200 pétards à la mélinite posés en avant de la tranchée française de 1ère ligne. Excellent sous officier énergique conduisant admirablement sa section.»
Il est blessé à la Boisselle le 26 mars 1915 suite à l’explosion d’une mine.
A son retour de convalescence, il est affecté aux travailleurs coloniaux le 25 juillet 1917. De retour au dépôt commun des 19eme,219eme et 87eme le 20 avril 1918 il est dirigé vers les Sables d'Olonne le 1er mai 1918. Rentré au dépôt le 25 mai 1918 , il est dirigé vers le 64e RI de Chateaulin le 7 juin 1918 puis passe au 84e régiment d’infanterie territoriale le 28 septembre 1918. Victor Guillois est envoyé en congé de démobilisation le 4 février 1919 après 21 ans de carrière dans l'armée.

Médaille militaire à compter du 24 avril 1915 (JO du 27 Avril 1915), Croix de guerre avec Palme, Médaille de la Victoire et Médaille commémorative.

Je remercie son petit fils, Michel Neveu, pour ses informations.

Posté par loss à 19:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

09 mai 2022

JOSEPH MARIE OULHEN

Fils unique de Nicolas et Jeanne Buors, Joseph Marie OULHEN naît le 8 décembre 1884 à Tréglonou (Finistère). Après son service militaire effectué au 19e régiment d'infanterie à Brest de 1905 à 1907, il revient au pays ou il exerce le métier de cultivateur. Le 23 janvier 1910, il épouse Marie Victorine Abarnou à Bourg-Blanc. Mobilisé par le décret de mobilisation générale d'aout 1914, il rejoint la caserne du 19e R.I. à Brest des le 3 aout 1914. Il quitte Brest le 25 aout 1914 pour rejoindre le front.
Joseph Marie OULHEN est tué au combat de La Boisselle le 17 décembre 1914.
A titre posthume, il recoit la citation suivante :
"Brave soldat. Belle conduite au feu, le 17 décembre 1914, à La Boisselle. Mortellement frappé au cours de l'assaut."

tranchée


03 avril 2022

YVES GORET

hinghoa56

Yves GORET naît le 28 décembre 1886 à Roscanvel, sur la presqu'île de Crozon, au village de Men Caër. De 1906 à 1907, il effectue son service militaire dans la Marine. De retour au pays, il est charpentier calfat et travaille au chantier Keraudren de Camaret sur Mer. Le dimanche 19 avril 1914, il épouse à Roscanvel sa fiancée Marie Jeanne Herrou du village de Keralan.
Mobilisé, il rejoint le 19e régiment d'infanterie à Brest le 7 décembre 1914. Marie Jeanne, qui attend un heureux évènement pour l'été 1915, reste à Keralan en priant tous les jours que la providence protège son mari.
Yves arrive au front le 26 mai 1915. Son registre matricule indique qu'il a été blessé à Trécourt le 1er aout 1915. Il y a là sans doute une erreur car il se trouve que le 19e régiment d'infanterie n'a jamais été dans cette zone. En revanche, le régiment se trouve dans la Somme dans le secteur de La Boisselle, a proximité du village de Bécourt. Le 1er aout 1915, il est relevé par les troupes britanniques dans ce secteur qu'il occupait depuis fin septembre 1914. Yves Goret est blessé au cours de cette relève et a certainement été envoyé au château de Bécourt, ou se trouvait un poste de secours, afin d'y recevoir les premiers soins avant d'être évacué vers l'intérieur.
Quatre jours avant cette blessure, Marie Jeanne met au monde Corentin, leur premier fils, le 28 juillet 1915. Rétabli, Yves rentre en permission le 11 octobre. Il peut enfin embrasser son fils et sa femme. Promu caporal le 28 décembre 1915 (jour de son anniversaire), il retourne au front retrouver son régiment début 1916. Le 17 avril 1916, il disparaît devant Verdun. En fait, il est fait prisonnier et se retrouve captif en Allemagne au camp de Limburg. Rapatrié le 13 décembre 1918, Yves Goret est démobilisé le 25 mars 1919.

Merci à son petit neveu Jean Yves Lolivier pour ses informations et la photo.

Posté par loss à 20:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 mars 2022

JOSEPH MARIE OYONAX

Joseph Marie OYONAX est né le 28 janvier 1893 à Quimperlé dans le Finistère. Il exerce le métier de boucher lorsqu'il est appelé à effectuer son service militaire. Affecté au 19e régiment d'infanterie de Brest, il rejoint la caserne le 28 novembre 1913. A la déclaration de la guerre, il part pour le front. Le 13 septembre 1914, alors que le 19e RI poursuit les Allemands en retraite au Nord de Suippes, Joseph Marie Oyonax est blessé par des tirs ennemis et décède des suites de ses blessures. Il est inhumé dans la nécropole nationale de Suippes-Ville.

Posté par loss à 18:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10 février 2022

JEAN PILLET

Jean PilletJean PILLET est né le 12 aout 1896 à Luzy dans la Nièvre puis il habite, avec ses parents, à Chevry-Cossigny en Seine et Marne ou il exerce le métier de maçon.
Il est mobilisé le 12 avril 1915 au 76e régiment d'infanterie de Coulommiers ou il apprend le métier de soldat.
Le 30 avril 1916, il est envoyé sur le front ou il rejoint le 19e régiment d'infanterie dans la région de Berry au Bac. Affecté à la Compagnie Hors Rang, il est promu caporal le 1er juin 1917.
Sa valeureuse conduite au front lui vaut la croix de Guerre avec trois étoiles, une étoile par citation à l'ordre du régiment :
"Agent de liaison plein d'entrain et de bravoure. S'est distingué pendant les combats du 29 mars au 6 avril 1917 par son zèle et son dévouement en accomplissant, sous de très violents bombardements, des missions comportant des dangers sans nom."
"Pendant les journées des 25 et 26 mars 1918, a assuré avec zèle et courage le ravitaillement des premières lignes en munitions et en vivres."
Malheureusement, le texte d'une de ses citations n'est pas connu.
Fait prisonnier à Braye en Laonnois, lors de l'offensive Allemande sur le Chemin des Dames le 27 mai 1918, il est interné au camp de Darmstadt en Allemagne puis au camp de Munster II. Envoyé au camp de Friedrichsfeld en septembre 1918, Jean Pillet est rapatrié en France le 18 décembre 1918. Après un mois de permission, il est affecté au 31e régiment d'infanterie de Melun. A la fin de sa période militaire, il est affecté au Chemin de Fer ou il fera carrière.
Je remercie son arrière petit fils pour la photo et les informations sur Jean Pillet.

Posté par loss à 16:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

06 janvier 2022

JEAN MARIE BALCON

cim communal ixelles Belgique

Jean Marie BALCON est né le 30 juin 1891 à Lambézellec dans le Finistère. Cultivateur à Bourg Blanc, il part faire son service militaire au 19e régiment d'infanterie de Brest le 10 octobre 1912. A la déclaration de la guerre, il part, avec son régiment, pour le front. Le 27 octobre 1914, il décède à l'hôpital militaire d'Ixelles, dans la banlieue de Bruxelles en Belgique.
On ignore à quel combat Jean Marie Balcon a été blessé. On peut supposer qu'il a été fait prisonnier et soigné par les Allemands car, en octobre 1914, Bruxelles était occupé par l'ennemi.
Il est inhumé dans le carré militaire du cimetière d'Ixelles. A noter qu'une erreur d'orthographe a été faite dans son nom de famille : Belcon au lieu de Balcon.

Posté par loss à 17:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10 décembre 2021

FREDERIC ISSANCHOU

Soldat 9-1Frédéric Etienne ISSANCHOU est né le 7 avril 1889 à Quins dans l'Aveyron. Il effectue son service militaire au 44e régiment d'infanterie de Lons le Saunier d'octobre 1911 à septembre 1913. De retour dans son village natal, il reprend son métier de cultivateur.
Rappelé dans l'armée par le décret de mobilisation générale du 1er aout 1914, il est affecté au 122e régiment d'infanterie de Rodez puis au 19e régiment d'infanterie qu'il rejoint le 2 mai 1916 dans le secteur de Berry au Bac.
Frédéric Etienne Issanchou décède des suite de ses blessures de guerre le 5 mai 1917 à Hurtebise sur le Chemin des Dames.
N'ayant pas de sépulture connue, son nom est inscrit sur le monument aux mort de Quins.