19 novembre 2007

LE SERGENT ALLAIN YVINEC

Né le 27 aout 1883 à Guiclan (Finistère), Allain Marie YVINEC est cultivateur. Il effectue son service militaire au 128e régiment d'infanterie de 1904 à 1907 ou il est promu sergent. Rappellé sous les drapeaux par la mobilisation générale du 2 aout 1914, il est affecté au 19e régiment d'infanterie de Brest. Il est tué au combat le 7 Octobre 1914 dans le secteur d'Authuile (Somme).

Yvinec_1Yvinec_2



 

Seul français au milieu des tombes anglaises, il repose au Lonsdale cemetery à Authuile.
Yvinec_3

Posté par loss à 19:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


26 octobre 2007

THIEPVAL - FIN SEPTEMBRE 1914

Fin septembre 1914, le 19ème régiment d'infanterie occupe la ligne de chemin de fer d'Arras au niveau du Hamel. Le secteur n'est pas organisé défensivement, quelques trous, quelques ébauches de tranchées ça et là.

Hamel
carte IGN Paris 2007

La 6ème armée Allemande lance une contre offensive qui atteint Bapaume le 26 septembre et Thiepval le jour suivant. Ordre est alors donné au 19ème RI de se porter en avant, vers Thiepval distant d'environ 1 kilomètre. Après une progression par bonds jusqu'a la lisière du bois d'Authuile, des patrouilles y sont envoyées afin d'y déceler une éventuelle occupation ennemie, dont on ignore la position exacte. Le bois d'Authuile ne semblant pas occupé, le régiment s'y engage prudemment et le traverse. Arrivé à l'extrémité du bois, fusils et mitrailleuses ennemies se déchaînent, ces derniers sont positionnés dans le village de Thiepval et le verger se trouvant face à la plaine qui les sépare du bois d'Authuile. Le terrain découvert s'oppose à toute progression, la fusillade est incessante. A la tombée de la nuit, quelques hommes sont laissés en garde et le reste du 19ème régiment d'infanterie retourne au Hamel ou il cantonne. Retour des le lendemain matin pour reprendre les positions de la veille. Pendant 4 jours, c'est le même scénario, fusillades, bombardements, patrouilles. Les positions respectives des deux camps changent peu, les Français occupent le bois d'Authuile, les Allemands sont dans Thiepval et occupent le château.

thiepval_chateau

09 octobre 2007

L'INSIGNE DU 19e REGIMENT D'INFANTERIE

Aujourd'hui, malgré que cela soit un peu hors sujet car datant des années 40, je vais vous présenter l'insigne du 19e Régiment d'Infanterie.

INF_19Dessiné par le caporal Ducrocq il est executé par le graveur Drago.
Représentant la côte Bretonne, avec son calvaire, qui résiste à l'assaut des vagues, il évoque ainsi la tenacité.
Il porte la maxime du régiment :

" LA VAGUE S'Y BRISE "

  insigne_19e_RI

Merci à Christian Terrasson http://www.histoiredeguerre.canalblog.com/

Posté par loss à 19:42 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

08 septembre 2007

LE MONUMENT DES BRETONS A LENHARREE

Il y a 93 ans, ce 8 Septembre, le 19ème régiment d'infanterie livrait ses derniers combats à Lenharrée avant de se replier en direction de Fère Champenoise et connantray.
En cette occasion, je vais vous présenter le "monument des Bretons" qui se trouve dans le cimetière attenant à l'église de Lenharrée.

monument_breton_1_entier

monument_breton_3

monument_breton_2

Parmi les nombreuses victimes du 19e R.I. pendant ces trois jours de combats à Lenharrée, quelques braves sont cités sur ce monument. 

monument_breton_4

Louis Marie Albert DESCHARD, capitaine, section de mitrailleuses, tué au combat le 8 Septembre
Lucien Désiré LESCOËT, sous lieutenant, tué au combat le 8 Septembre
Adrien Louis GANDON, sergent fourrier, tué au combat le 8 Septembre
Henri GAY, sous lieutenant, tué au combat le 7 Septembre
Jean Louis Marie LE THIEC, adjudant, tué au combat le 8 Septembre
Auguste Eugène Marie KEROMNES, sergent, tué au combat le 8 Septembre
Charles François CALVEZ, caporal, tué au combat le 8 Septembre
Charles Pierre Emile COAT, caporal, tué au combat le 8 Septembre
Lucien François PENTHER, soldat, tué le 7 Septembre
Pierre Aimé PENNEC, soldat, tué le 7 Septembre

Louis Eugène BRODHAG, tué au combat le 8 Septembre, était sous lieutenant au 225ème R.I.

25 août 2007

LA SOMME

Aprés la bataille de la Marne, le front se stabilise, c'est la guerre de position qui s'installe.
Le 11ème Corps d'Armée est envoyé dans la Somme. Le 19 ème Régiment d'infanterie va y passer de longs mois jusque fin Aout 1915.

C_EM_Albert_1
Théâtre des opérations du 19e R.I de septembre 1914 à aout 1915.


04 août 2007

LE 219e REGIMENT D'INFANTERIE

A la mobilisation, chaque régiment d'active crée un régiment de réserve, dont le numéro est le sien plus 200. C'est ainsi que le 19e régiment d'infanterie a crée le 219e régiment d'infanterie. La plupart des réservistes ayant effectué leur service militaire au 19ème RI se retrouvèrent donc mobilisé au 219ème RI.

219e_RI

Posté par loss à 23:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 août 2007

DU 19e RI AU 219e RI

Jacques

Jacques BIZIEN a fait son service militaire au 19e régiment d'infanterie de Brest.
Incorporé le 8 Octobre 1906, il est nommé soldat de première classe le 13 Juin 1908. Renvoyé dans ses foyers le 25 Septembre 1908, il reçoit le certificat de bonne conduite.

Jacques_Certif_Bon_Cond

Rappelé le 2 Aout 1914 par décret de mobilisation générale, Jacques BIZIEN est affecté au 219e régiment d'infanterie. Fin Juin 1915, le 219e RI relève le 404e RI dans le bois de Saint Mard, situé dans le secteur de Tracy le mont dans l'Oise.

Tracy_le_Mont_Bois_St_Mard

le 27 Juin 1915, Jacques BIZIEN sera foudroyé par un obus de minenwerfer.

Lettre_d_c_s_recto

Lettre_d_c_s_verso

lettre relatant les circonstances du décès.

Il sera inhumé par ses camarades dans le cimetière de Bimont, situé dans le bois de Saint Mard. Ce cimetière, crée par la troupe, regroupera pus de 140 sépultures de soldats tués au combat dans ce secteur.

Tracy_12_04_cimet_Bimont3

Après la guerre, ces sépultures seront transférées dans la nécropole nationale de Tracy le mont. Jacques BIZIEN y repose, tombe 84 dans le carré E.

Jacques BIZIEN reçu la médaille militaire à titre posthume.

Jacques_M_daille_Militaire

La famille BIZIEN paya un lourd tribu à la guerre de 14. Sur les six fils, tous mobilisés, que comptait la famille, 3 (dont Jacques) furent tués au combat et un 4ème fut gravement blessé et amputé de trois doigts.

Merci à Louis BIZIEN pour ces informations.
Les documents présent dans cet article, sont la propriété de Mr Louis BIZIEN et nécessite son autorisation pour toute éventuelle utilisation.

Posté par loss à 16:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 juillet 2007

LA CASERNE D'ESTREE

Voici quelques cartes postales d'avant guerre représentant le chateau de Brest qui abritait la caserne d'Estrée ou tenait garnison le 19 ème régiment d'infanterie.

caserne_d_estr_e_caserne_du_19e_RI

 

caserne_d_estr_e_entr_e_du_chateau

 

caserne_d_estr_e_entr_e_du_chateau_3

 

caserne_d_estr_e_porte_du_chateau

 

caserne_d_estr_e_porte_du_chateau_2

 

caserne_du_chateau

Si vous souhaitez en savoir plus sur le chateau de Brest  http://chateau-de-brest.fr/

Posté par loss à 18:32 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

17 juin 2007

LE TEMOIGNAGE DU SERGENT PENTHER

Charles Penther est sergent à la 11ème compagnie du 19e régiment d'infanterie. Voici son témoignage sur l' attaque Allemande du 8 septembre 1914.

" Ma compagnie était placée, si on regarde vers l'est, à 300 mètres environ de la station, à gauche, en une excavation caractérisé par un passage de caniveau sous la voie ferrée. Vers 4 heures du matin, quelques obus nous sortent brusquement de l'état de léthargie où nous avait plongés notre immense fatigue. Nous prenons rapidement position sur le talus de la voie ferrée d'où, bien qu'il fasse à peine jour, on découvre la plaine en avant de nous, entre Lenharrée et nous. Mais quoi ! C'est une cohue et la plaine grouille de troupes qu'il est impossible d'identifier. Des officiers près de moi commandent le feu : ils croient avoir reconnu les Allemands ; d'autres crient à la méprise et essaient de faire cesser le feu ; ils croient avoir reconnu des uniformes français. A la vérité les uns et les autres ont raison, mais les ordres contradictoires jettent le trouble parmi nous. Je suis d'ailleurs amplement renseigné, car j'ai entendu distinctement, tant les Boches déployés en tirailleurs sont déjà près de nous, les ordres en langue allemande que lançaient les officiers. Dans l'intervalle, le jour s'est levé. Et la situation, déjà critique, achève de se gâter tout à fait : vers 7 heures du matin, nous nous apercevons que des balles, en arrière de nous, au dessous de nous, font voler en éclats les pierres du remblai : des mitrailleuses Boches se sont insinuées à droite et à gauche à la faveur du désordre de la nuit, et nous canardent dans le dos. Plus de doute, l'ennemi a débordé les positions de Lenharrée. Au moment où nos officiers s'aperçoivent que nous sommes cernés, deux solutions se présentent et j'entends, entre eux, tout près de moi, leur discussion rapide pour l'adoption de telle ou telle ligne de conduite : la charge à la baïonnette pour nous dégager ou le repli vers les bois à travers 500 mètres de plaine. La charge est d'abord adoptée car nous mettons baïonnette au canon, et nous nous préparons à traverser la voie ferrée ; puis la deuxième solution l'emporte. Le 19e (et d'autres débris disparates de régiments qui composent la précaire défense de la voie ferrée) quitte sa position et se jette en plaine... Le Boche grimpe aussitôt sur le talus et, comme à la cible, tire à répétition sur nous. Un vrai massacre. Je ne sais comment j'y échappai, étant parti dans les tout derniers. Le fait est que j'en fus quitte pour une simple balle dans le poignet et, à la distance où je me trouvais des tireurs, j'aurais pu tomber plus mal. Les bois devant nous étaient bombardés, mitraillés. Il pleuvait des shrapnells et des balles de partout. Ce pauvre Lenharrée, que nous avions victorieusement défendu pendant trois jours, l'ennemi maintenant en était maître."

Source : Charles Le Goffic-La Marne en feu

04 juin 2007

ASSAUT DU VILLAGE DE LENHARREE OCCUPE PAR LA GARDE PRUSIENNE

51_lenharree

Merci à Simon Augustin pour cette carte postale.