11 septembre 2016

Le 19e RI sur FACEBOOK

 Le 19e régiment d'infanterie est désormais sur Facebook.

C'est ici => https://www.facebook.com/19e-R%C3%A9giment-dInfanterie-542079939329588/

Posté par loss à 16:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


20 juillet 2016

5 SOLDATS DU 19e RI DONT VICTOR DERRIEN

5 soldats du 19e RI

J'ai ajouté une nouvelle photo dans l'album "Photos de groupes" qui se trouve dans la colonne de droite.

Au dos de cette photo, une petite phrase "Souvenir de votre cousin Victor Derrien".
Il pourrait s'agir de Victor Derrien, né en 1889 à Saint Bihy dans les Côtes d'Armor, qui a effectué son service militaire au 19e régiment d'infanterie de 1910 à 1912. Rappelé au 19e régiment d'infanterie par la mobilisation générale du 2 aout 1914, il est promu caporal le 8 janvier 1915. Passé au 249e régiment d'infanterie, il est tué au combat le 12 mai 1916 à Verdun, secteur de Douaumont.

N'hésitez pas à regarder l'album "Photos de groupes" ici => http://19emeri.canalblog.com/albums/photos_de_groupes/index.html , vous y reconnaitrez peut être un membre de votre famille.

Posté par loss à 22:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

14 juin 2016

KEPI DE SOUS-OFFICIER DU 19e RI

képi 19RI Blog
Collection Bertrand Garandeau

Voici un képi de sous-officier du 19e régiment d'infanterie. Marqué du 11e Corps d'Armée, il daterait de 1909.

Ce képi, modèle 1884, présente 3 différences avec un képi de troupe :

1) le drap est plus fin.

2) il porte extérieurement une jugulaire en fin galon doré au lieu de la jugulaire à coulisse en veau de 1,5 cm de large.

3) il possède une jugulaire intérieure, en deux parties, en cuir.

Merci à Bertrand Garandeau pour le partage de cette pièce de sa collection.

Posté par loss à 17:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

17 mai 2016

HOMMAGE

 

Fran_ais_inconnu

Aujourd'hui, je souhaite rendre un hommage à tous les soldats qui reposent anonymement dans nécropoles nationales militaires, ainsi qu'a ceux dont le corps n'a jamais été retrouvé et qui dorment de leur dernier sommeil dans la terre des champs de bataille.

Posté par loss à 16:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 novembre 2014

UN POILU DE QUINZE ANS

Malgré qu'ils n'aient pas l'âge requis pour être mobilisés, de jeunes adolescents sont parvenus à partir au front et ont combattu avec leurs ainés. Le plus célèbre d'entre eux est Jean Corentin Carré. Engagé en 1915 à l'âge de quinze après avoir menti sur son âge, il est tué au combat en 1918. D'après un article, certes très patriotique, paru dans le journal "La Dépêche de Brest" le 9 mai 1915 il semblerait que le 19e régiment d'infanterie ai eu, lui aussi, son "poilu de quinze ans", René Lebas.

Un poilu de 15 ans

Posté par loss à 19:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


27 juillet 2014

POUR LE PLAISIR DES YEUX

Un collectionneur m'a très gentiment proposé cette photo de pattes de col du 19e RI, modéle 1877, portées par les soldats du 19e RI en 1914.

Pattes de col 19e RI, modéle 1877Collection Bertrand Garandeau

Une autre belle pièce de sa collection, un brassard de l'état-major du 11e Corps d'Armée.

Brassard Etat-major du 11e C.ACollection Bertand Garandeau

Grand merci à Bertrand Garandeau pour le partage de ces objets de sa collection.

 

 

Posté par loss à 18:39 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

18 août 2013

LE SOURIRE DE L'ESCOUADE

Le Sourire de l'escouade

A l'été 1916, le 19e régiment d'infanterie se trouve à Berry au Bac. C'est à cette époque que cinq camarades de la 1ere compagnie décident de créer un journal destiné à leurs compagnons de tranchée. Ce journal s'appellera " Le Sourire de l'Escouade" dont le premier numéro paraitra le 14 juillet 1916. Il aura ue existence très courte. Seul six numéros seront édités, le dernier paraissant le 25 octobre 1916 alors que le 19e régiment d'infanterie cantonne à Vassincourt en attendant de repartir une seconde fois dans l'enfer de Verdun.
Le 31 octobre 1916, sous une pluie battante, le régiment part relever le 305e RI devant le fort de Vaux. Arrivés dans ce secteur à l'aube du 1er novembre, les hommes sont pris sous un déluge d'obus de tous calibres. Devant l'absence d'abri, les soldats se terrent dans les trous d'obus, qu'ils tentent d'approfondir et de relier entre eux.
Dans un de ces trous d'obus, les cinq rédacteurs du "Sourire de l'Escouade" tentent de s'abriter de cet enfer. C'est alors que tombe un obus dans leur trou, tuant sur le coup le soldat Adolphe Brechet, le caporal Marius Bonnefous, le soldat Edmond Ledos et le sergent Marius Marouby. Le cinquième, Roger Anceaume, grièvement blessé, décèdera le 5 novembre 1916.
Avec ces cinq hommes disparu "Le Sourire de l'Escouade" éphémère journal de tranchée de la 1ere compagnie du 19e régiment d'infanterie.

Il est possible qu'il y ait eu un sixième rédacteur car, ce 1er novembre 1916, outre Adolphe Brechet, Marius Bonnefous, Edmond Ledos et Marius Marouby, un cinquième homme, Eugène Léon, a été tué à la 1ère compagnie. Se trouvait' il dans le trou d'obus qui fut fatal aux rédacteurs du "Sourire de l'escouade" ? Mystère...

A l'occasion de la sortie du livre d'André Charpentier " Livre d'or des journaux du front - Feuilles bleu horizon ", Roland Dorgelès, dans un article du Petit Parisien du 27 janvier 1936, évoque " Le Sourire de l'Escouade" :
" Parmi tous ces titres qui me viennent à l'esprit, je n'en veux retenir qu'un : Le Sourire de l'Escouade. Il a tenu trois ans, paraissant chaque fois qu'il pouvait, au repos ou en ligne, entre deux attaques. Puis, un jour, en 1917, sur une feuille bordée de noir, on a lu cet avis : " Le Sourire de l'Escouade ne paraîtra plus : ses collaborateurs ont été tués tous les cinq, devant le fort de Vaux. La fatalité les avait réunis dans un même trou où un obus les écrasa. Cinq serrés au coude-à-coude, blêmes et terreux, blaguant quand même : " Tu le mettras dans ton article... Leur dernier sourire."
A noter que dans ces lignes de Roland Dorgelès figure deux erreurs :
Le Sourire de l'Escouade n'a pas tenu trois ans mais trois mois et les membres de la rédaction ont été tués en 1916 et non en 1917.

Le numéro un du Sourire de l'Escouade est visible sur le site Gallica ici => http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1040761c.image.langFR.r=Le%20Sourire%20de%20l%27Escouade

Merci à Remi Hebert pour son aide précieuse dans mes recherches sur Le Sourire de l'Escouade.

Posté par loss à 15:54 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

12 novembre 2012

GUERLESQUIN

Guerlesquin Monument aux mortsMonument aux morts de Guerlesquin


Guerlesquin est une commune du Finistère.
Le 2 aout 1914, beaucoup d'hommes de Guerlesquin furent mobilisés au 19e régiment d'infanterie et quittèrent familles, femmes et enfants. Certains ne revinrent jamais :
Yves Marie Le Moullec tué au combat à Maissin (Belgique) le 22 aout 1914.
Jean Marie Crom mort des suites de ses blessures en captivité au camp de Cassel (Allemagne) le 15 octobre 1914.
Jean Marie Lucas mort des suites de ses blessures à Thièpval (Somme) le 2 novembre 1914.
Pierre Marie Larvor mort de maladie à l'hospice de Bacqueville (Seine Maritime) le 6 novembre 1914.
Louis Jean Henry et Jean François Le Jeune tués au combat à Ovillers La Boisselle (Somme) le 17 décembre 1914.
Pierre Meuric mort des suites de ses blessures en captivité au lazaret du 1er régiment bavarois à Cambrai (Nord) le 20 décembre 1914.
Jean Yves Gravot mort de maladie en captivité au camp d'Ohrdruff (Allemagne) le 5 février 1915.
Jean Guillaume Marie Kerharo tué au combat à Fayet (Aisne) le 30 juin 1917.
Yves Marie Cojean mort de maladie à l'hôpital maritime de Brest (Finistère) le 22 novembre 1918.
Tous ces hommes sont inscrits sur le monument aux morts de Guerlesquin sauf Jean Guillaume Marie Kerharo qui figure sur celui de Botsorhel.

Posté par loss à 19:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

07 avril 2011

LE CASQUE ADRIAN

C'est en cette fin aout 1915 que les soldats du 19e régiment d'infanterie vont être équipés d'une nouvelle coiffure pour remplacer leurs képis : Le casque Adrian.

Le_casque_Adrian

Face au nombre important de blessures à la tête, il avait été fourni aux soldats, en février 1915, des cervelières. La cervelière était une sorte de calotte en métal qui se portait sous le képi et qui était peu pratique et très inconfortable.
Crée par le sous intendant militaire Louis Adrian, ce nouveau casque était conçu pour protéger les soldats des projectiles qui explosaient au dessus des tranchées.

Posté par loss à 17:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 janvier 2011

ARTISANAT DE TRANCHEE 3

Briquet_9788

  Deux photos d'un briquet fabriqué par un soldat envoyées par Mr Le Chatreux que je remercie.
Sur une face se trouve un profil de soldat fumant la pipe avec les dates 1914 - 1919.
Sur l'autre, un profil de femme avec les initiales A.L.

Briquet_9792




Posté par loss à 16:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]