Le Bezvoet Yves

Yves Marie Le Bezvoët est né le 25 novembre 1893 à Ploubazlanec dans les Côtes d'Armor ou il exerce le métier de cultivateur. En octobre 1913, il part effectuer son service militaire au 19e régiment d'infanterie ou il se trouve en aout 1914 à la déclaration de la guerre.
Il quitte Brest avec son régiment le 8 aout 1914 en direction de la frontière et est déclaré disparu, tué à l'ennemi, le 14 septembre 1914 à Suippes dans la Marne. Une citation à titre posthume, avec attribution de la Croix de guerre, lui est décernée:
" Brave soldat. Belle conduite au feu, le 14 septembre 1914 à Suippes, ou il est tombé glorieusement frappé en se portant à l'attaque des positions ennemies. "

Quelques années plus tard, la famille reçoit une lettre venant de Belgique ou une habitante de Libin, Me Guillaume, dit qu'en aout 1914 elle a soigné 10 jours durant Yves Marie Le Bezvoët au château de Buchay ou il est décédé des suites de ses blessures et qu'il a été inhumé dans une fosse commune dans le vieux cimetière de Libin.

Libin - Le chateau de Buchay

En fait, Yves Marie Le Bezvoët, soldat à la 9e compagnie du 19e RI, n'a pas été tué le 14 septembre 1914 à Suippes. Il a été blessé lors des combats de Maissin le 22 aout 1914. Relevé du champ de bataille par les allemands et transporté au château de Buchay à Libin, ou ces derniers avaient installé un lazareth pour y soigner les nombreux blessés, il y est décédé une dizaine de jours plus tard et ensevelli dans une fosse commune en compagnie de 50 autres soldats victimes, eux aussi, des combats de Maissin.

Libin Monument 1914 - Copie
Fosse commune de Libin pendant la guerre - La statue, en papier maché, sera remplacée en 1921.

Grâce à Me Guillaume, la famille a pu connaitre la vérité sur les derniers instants d'Yves Marie Le Bezvoët. Les échanges de courriers se sont poursuivis et à chaque nouvelle année on s'échangeait les voeux.
On ignore la date à laquelle les corps de cette fosse ont été relevés. On suppose que ces 50 soldats ont été ré-inhumés dans l'un des ossuaires de la nécropole Pierre Massé à Maissin. Il n'a pas été possible de les identifier car ils avaient été enterrés sans papiers ni plaques d'identification.

Une question subsiste: Pourquoi avoir retenu le 14 septembre 1914 à Suippes comme date et lieu de décès d'Yves Marie Le Bezvoët ?
Une hypothèse pourrait être que, vu les événements qui ont suivis les combats de Maissin (la retraite et la bataille de la Marne), on ne se soit aperçu de sa disparition que le 14 septembre 1914...

Merci à son neveu, Louis Le Bezvoët, pour le partage de ces informations.