François-Pierre MOYSAN 1916

Sergent-fourrier en fonction à la 7ème compagnie (IIème bataillon) du 19ème RI, François-Pierre Moysan est mort pour la France le 30 juillet 1916 dans les environs de Reims.
Né le 10 août 1891 à Plounevez-Lochrist, bourg dont son père était le notaire, il était l’aîné de sept enfants survivants d’une fratrie de neuf. Il devint par la suite citoyen de Fouesnant lorsque son père reprit l’étude notariale du bourg au tout début du XXème siècle. Il était en voie d’achever ses études de notariat à Brest et se destinait à succéder à son père lorsqu’il fut déclaré apte au service armé lors du conseil de révision qui se tint à Fouesnant en février 1912, et c’est au 19ème RI, rejoint en septembre, qu’il fut incorporé en octobre de la même année ; il ne devait dès lors plus quitter l’uniforme jusqu’à sa mort.
Durant ces presque quatre années, il a beaucoup écrit.
D’abord, entre 1912 et 1914 ; de nombreux courriers nous sont parvenus, dans lesquels il décrit l’incorporation, l’ordinaire, les séances au stand de tir, l’exercice, les marches aussi longues que nombreuses, les missions de police militaire dans Brest, les bivouacs, le peloton des caporaux, les tours de garde dans les différentes prisons, les épidémies qui sévissaient périodiquement, les sorties et permissions, l’infirmerie, le séjour en camp, l’alcoolisme, les prises d’armes, etc…., bref, la vie du régiment, sa vie au régiment, en temps de paix. Il ne se refuse pas également le plaisir de faire quelques portraits de gradés.

Lettre

Puis, dès août 1914, il rédige un carnet de guerre ; pour autant, sa verve épistolaire ne faiblit pas. Ce corpus permet de suivre pas à pas le régiment dans ses pérégrinations depuis le départ de Brest, et de voir la guerre telle que l’ont vue les fantassins : au ras du sol ; mais aussi d’un peu plus haut, en raison de ses fonctions à l’état-major du régiment. En outre, il ne s’interdit pas de donner ses impressions sur la façon dont sont conduites certaines affaires ; et toujours, demande des nouvelles de la vie à Fouesnant.
Lors de son incorporation, et compte-tenu de son niveau d’instruction, il lui fut proposé d’intégrer le peloton de formation des sous-officiers ; il refusa, se contentant dans un premier temps du peloton des caporaux, pour finalement l’abandonner : il préférait, écrit-il, la proximité de ses pairs simples fantassins. Assez rapidement il quitta la 3ème compagnie (Ier bataillon) et rejoignit la compagnie hors rang, affecté à l’infirmerie comme secrétaire du médecin major, tout en assurant des fonctions de soldat télégraphiste et d’instituteur au profit de ses camarades illettrés ou en difficulté avec la langue française. Il ne s’en cache pas dans ses écrits : sachant se rendre utile, il a fait en sorte d’obtenir les fonctions qui lui furent confiées, un peu moins exposées à la rudesse de la vie du fantassin ordinaire.
Au départ en campagne, triste mais résolu à faire son devoir, il conserve ses fonctions auprès du major, et remplit d’autres taches au sein de l’état-major du régiment, comme secrétaire de l’officier-payeur par exemple, et peut-être comme un des rédacteurs du JMO. Si, d’après ses écrits, il ne combattit probablement pas en toute première ligne lors de l’affaire de Maissin, il fut ensuite de tous les coups dans lesquels fut engagé le régiment jusqu’à fin juillet 1916.
Pendant ses deux ans de guerre, soldat discipliné plus soucieux de faire, comme les autres, son devoir que véritablement guerrier dans l’âme, sa conduite fut néanmoins assez honorable pour mériter une nomination au grade de sergent-fourrier, puis une citation à l’ordre du régiment en avril 1916 signalant ses qualités d’agent de liaison courageux lors de la bataille de Verdun et comportant attribution de la croix de guerre, enfin une seconde citation (posthume) à l’ordre de la division en août 1916 distinguant son énergie et sa bravoure.
Ayant remplacé volontairement un autre sergent, père de quatre enfants, alors que son unité était en cours de relève, dans un secteur agité, sous les feux de l’artillerie ennemie, François-Pierre Moysan était en poste dans une tranchée de seconde ligne, près du hameau (disparu) de Sapigneul, à une vingtaine de kilomètres au nord-ouest de Reims et en bordure du canal de l’Aisne à la Marne, lorsqu’il fut tué (épaule fracassée) par les éclats d’une torpille lancée d’un avion allemand, ainsi que le rapporte le récit familial (le caporal-infirmier Emile Madec signale, dans son carnet, que son « vieux copain de régiment» Moysan a été tué par un obus ou une bombe ; cf. « Milec, le soldat méconnu », S. Le Pautremat, édit.Vagamundo).

23 BCP 30-5-17 berry au bac

Inhumé d’abord dans un cimetière provisoire à Cormicy, son corps fut rapatrié en 1922 à Fouesnant à la demande de ses parents ; il y repose depuis dans le cimetière communal. Son nom est gravé sur le monument aux morts jouxtant l’église paroissiale, en compagnie de 182 de ses camarades d’infortune fouesnantais morts pour la France durant la Grande Guerre.

Texte de Louis Q. son petit-neveu que je remercie.