Dans la soirée du 28 mars 1917, les 1er et 3e bataillons du 19e régiment d'infanterie relèvent le 172e régiment d'infanterie dans le secteur entre Margival et Pont-Rouge tandis que le 2e bataillon relève le 25e Bataillon de Chasseurs à Pieds entre Pont-Rouge et Vregny. Dès le lendemain le régiment se lance sur les arrières gardes ennemies afin de trouver la ligne Hindenburg ou se sont repliés les allemands et dont on ignore le tracé exact.

Laffaux

Front du 19e régiment d'infanterie le 29 mars 1917.

Dans son secteur, le 2e bataillon rencontre une forte résistance de l'ennemi qui occupe le plateau et balaye de ses feux de mitrailleuses la plaine ou s'avancent les soldats. Malgré tout, ils parviennent à s'installer dans les tranchées de la trombe, de la glace et de Quincy ou, après trois jours de combats, ils parviennent, avec l'aide du 62e régiment d'infanterie, a faire fuir les allemands qui se replient sur Laffaux le 1er avril. Durement éprouvé, le 2e bataillon est relevé le soir même.

De leurs côté, les 1er et 3e bataillons, évoluant sur un terrain plus favorable, occupent le village Margival dès le 29 mars. Le lendemain la colline de la Montinette est prise puis le ravin de Margival.
Le 2 avril 1917 débute le bombardement intensif du village de Laffaux que le 19e régiment d'infanterie doit attaquer le lendemain 3 avril.

Ici était Laffaux

Ce bombardement n'a pas l'efficacité désirée. S'il a bien détruit le village de Laffaux, il n'a pas anéanti l'ennemi qui s'est abrité dans les caves et les creutes du village. Dès la fin du bombardement, les soldats allemands sortent de leurs abris et installent des nids de mitrailleuses qui déciment les vagues d'assaut du 19e régiment d'infanterie. Le 1er bataillon est cloué sur place par l'intensité des tirs ennemis. Le 3e bataillon parvient aux premières maisons ruinées du village mais est contraint de se replier.
Durant les trois jours suivant le régiment se maintient aux abords de Laffaux. Epuisés, les hommes du 19e régiment d'infanterie sont relevés le 7 avril par le 118e régiment d'infanterie qui tente également de prendre le village mais sans succès.