18 août 2015

RETROSPECTIVE

Dans le numéro du 25 septembre 1914 de La semaine religieuse du diocèse de Quimper et Léon est paru un extrait d’une lettre d’un prêtre, soldat dans un des régiments de la 22e division d’infanterie, qui évoque les premières semaines de guerre :

12 septembre,

Depuis le 21 aout, ça a chauffé dur. Le 21, nous sommes entrés en Belgique. Le 22, à Maissin, grande bataille qui a duré encore le jour suivant. La 22e division a fait des prouesses. Nous dûmes ensuite reculer jusqu’à Bouillon et jusqu’à Sedan. Depuis, pas un moment de repos pour notre armée et surtout le 11e Corps. On a résisté très énergiquement devant Sedan et autour de La Fère-Champenoise. Ce furent trois jours de luttes héroïques et terribles. Des français sont tombés, mais encore plus d’allemands. Notre canon de 75 fait vraiment merveille. Le canon allemand est loin de le valoir. Les allemands ont un seul avantage sous ce rapport, ce sont leurs pièces d’artillerie lourde qui portent fort loin.

A partir de ce moment, 27 et 28 aout, nous avons reculé vite : à peine des combats d’artillerie ; l’infanterie donna fort peu. Tactique, sans soute, mais les soldats avaient peine à comprendre. Nous avons fait marches sur marches, soigné blessés sur blessés, souvent des compatriotes…

A La Fère-Champenoise on nous dit : « Il faut que l’armée de la Meuse (la nôtre) résiste quatre jours ». On résista quatre jours : que de deuils ! Puis, subitement, hier matin, voilà le terrain vidé, les allemands ont pris la fuite vers le nord. Nous les poursuivons…

Grosses fatigues mais bonne santé. Priez et faites prier pour nous.

Y.P.