Né le 15 juin 1895 à Maure en Ille et Vilaine, Edouard François Marie MOTEL y exerce le métier de laboureur.
Il est mobilisé en avril 1915 au 136e régiment d'infanterie puis part au front dans les rangs du 25e régiment d'infanterie fin novembre 1915. Malade, il est évacué en aout 1917 et retrouve le front un mois plus tard. En octobre de la même année, il est de nouveau évacué pour pieds gelés. Après sa convalescence, il rentre au dépôt du 25e RI en décembre 1917. Il fait partie d'un renfort de 8 officiers et 841 sous-officiers et soldats qui rejoins le 19e régiment d'infanterie le 9 avril 1918 à Saint Christophe (Oise) ou il est affecté à la 9e compagnie. Aussitôt le régiment part au Chemin des Dames ou il doit défendre le secteur de Braye en Laonnois.
Le 27 mai 1918, c'est l'offensive Ludendorff. Après un bombardement d'une intensité phénoménale, les troupes d'assaut allemandes déferlent sur le Chemin des Dames.

Soupir 1Officiellement, Edouard François Marie Motel est tué au combat ce jour-là à Moussy et est inhumé dans la nécropole de Soupir n°1. Il fait l'objet d'une citation à titre posthume :
" Tué à son poste de guetteur ou il se maintenait sous le bombardement et les balles à Moussy le 27 mai 1918".
Or, la date de décès mentionné sur sa croix indique le 30 mai 1918, soit trois jours après, étrange...
Grâce aux archives sur les prisonniers de la première guerre mondiale mises en ligne par la Croix Rouge de Genève, le mystère est éclairci.
En fait, Edouard François Marie Motel est grièvement blessé le 27 mai et secouru par les allemands qui le transporte dans une ambulance située à Athies sous Laon ou il décède le 30 mai 1918. Il est inhumé dans un premier temps à Chambry avant de rejoindre la nécropole de Soupir.