24 novembre 2010

EN ROUTE VERS LA CHAMPAGNE

En prévision de la future offensive prévue en Champagne pour le mois de septembre 1915, la 3e armée britannique relève la 2e armée française dans la Somme. La 51e division britannique doit prendre la place de la 22e division (19e et 118e R.I) dans le secteur de La Boisselle.

Pour le 19e régiment d'infanterie, la relève commence la nuit du 30 juillet 1915 par le 2e bataillon qui va cantonner à Saint Gratien. Le 1er août, c'est le tour du 1er bataillon qui va à Millencourt puis rejoint le 2e bataillon à Saint Gratien le 3 août. La relève du 19e régiment d'infanterie se termine par le 3e bataillon qui se rend à Frechencourt. Pour rejoindre Frechencourt et Saint Gratien, les hommes font 25 kilomètres à pied et de nuit.

Regiment_en_marche

Dans la soirée du 4 août 1915, le 19e régiment d'infanterie quitte ses cantonnements et fait 32 kilomètres à pied pour rejoindre Merville et Rouvrel ou il arrive au petit matin.
Le soir du 5 août, départ en direction de Grandvilliers, nouvelle marche nocturne de 40 kilomètres. Épuisés par la guerre d'usure subie tout l'hiver à La Boisselle, le manque de sommeil et la pluie qui tombe rendent particulièrement pénible ces 72 kilomètres parcourus à pied en deux nuits. Nombreux sont les soldats qui ont du mal à suivre.
Le 6 août au matin, le 19e régiment d'infanterie s'installe à Grandvilliers ou il est au repos. Ce repos sera toutefois relatif car les journées sont occupées par des travaux de cantonnements, des revues d'armes mais aussi par des exercices de lancement de grenades ayant pour but d'habituer les soldats a l'utilisation de cette arme en vue de l'offensive prochaine.
Ce séjour de repos est écourté car le 16e C.A, qui tient le secteur de Mesnil les Hurlus, future zone d'attaque du 11e C.A est épuisé. De ce fait, il ne peut mener à bien les travaux de préparation du terrain des futures attaques. Le général De Castelnau décide d'envoyer le 16e C.A au repos à l'arrière et de le remplacer par le 11e C.A.
Par conséquent, le 19e régiment d'infanterie quitte Grandvilliers le 18 août et effectue, toujours à pied, les 12 kilomètres qui le sépare de Crévecoeur ou il doit s'embarquer dans des trains qui le conduiront en Champagne. Trois trains seront nécessaires pour acheminer le régiment, un par bataillon. Le premier part à 6 heures de Crévecoeur, le second à 10 heures et le dernier à 14 heures.
Le 19e régiment d'infanterie débarque à Vitry le ville, dans la Marne, le 19 août. A la nuit tombée, il se rend au Fresne sur Moivre ou il passe la journée du 20 août. Le soir, nouveau départ pour Tilloy et Bellay. Le 21 août à 20 heures, départ pour la Croix en Champagne. Le 22 août, le 2e bataillon se déplace au camp de la grande route puis au camp des Coloniaux ou il est rejoint par les deux autres bataillons le 23.
A 21 heures le 24 août, commence, sous un violent bombardement, la relève du 143e régiment d'infanterie du 16e C.A par le 19e régiment d'infanterie.

Campement_en_Champagne
Aout 1915 - Le 19e R.I dans un camp en Champagne

Posté par loss à 11:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


09 novembre 2010

VRIGNE MEUSE 11 NOVEMBRE 1918

A voir ou a revoir, un excellent reportage diffusé sur France 2 le 6 novembre 2010 sur la dernière action de la grande guerre relatant le passage de la Meuse par le 415e RI les 10 et 11 novembre 1918.

Quel rapport avec le 19e régiment d'infanterie, me direz vous ?

Eh bien, il se trouve que le régiment se trouvait à la gauche du 415e RI et que les hommes du 19e RI on vécu dans les mêmes conditions les derniers instants de cette terrible guerre.
Cette dernière action vaudra au 3e bataillon du 19e RI la citation suivante, à l'ordre de la 3e armée:
" Après s'être emparé de haute lutte, le 8 novembre 1918, des villages de Balaives, d'Etrepilly et de Flize, avoir porté nos lignes sur la rive gauche de la Meuse, et effectué ainsi une avance de plus de 10 kilomètres, le 3e bataillon du 19e RI, sous les ordres du capitaine Vincent, est parvenu, le 10 novembre, à franchir le fleuve sur une passerelle de fortune soumise aux plus violents tirs de mitrailleuses, de minen et d'obus de tous calibres. A établi une tête de pont à 500 mètres de la rive droite et s'est maintenu sur sa position dans des circonstances particulièrement critiques et périlleuses, joignant le plus bel exemple du devoir et de l'abnégation à des qualités manœuvrières de premier ordre."

 

Pour voir le reportage, c'est ici => http://13h15-le-samedi.france2.fr/?page=accueil&video=rhozet_13h15_20101106_60_05112010164606_F2

Posté par loss à 13:02 - Commentaires [1] - Permalien [#]