Soldats du 19e régiment d'infanterie dont le nom de famille commence par D.
Cette liste, en cours de constitution, est loin d'être complète. Si vous souhaitez voir y figurer un soldat du 19e RI absent de cette liste, qu'il soit mort pour la France ou ait eu la chance de survivre à ce terrible conflit que fut la première guerre mondiale, ou apporter une information complémentaire ou une photo se rapportant à un soldat figurant déjà dans la liste, n'hésitez pas à prendre contact (voir colonne de gauche). Toute information est la bienvenue. Merci de me signaler les éventuelles erreurs qui pourraient se glisser dans ces pages.

16 février 2011

VITAL ALEXANDRE MARIUS DELANGLE

Delangle_Vital

Vue aérienne d'Hurtebise : Géoportail

 

Vital Alexandre Marius DELANGLE est né le 6 octobre 1883 à Charlieu dans le département de la Loire. Marié et père de 3 enfants, il est secrétaire de mairie.
Le 3 août 1914, il est mobilisé au 298e RI de Roanne. Affecté au 98e RI le 20 août 1914, il part au front. Vital Alexandre Marius Delangle est blessé le 7 octobre 1914 aux bois des Loges. Après sa période de convalescence, il est affecté au 16e RI le 11 novembre 1916 puis est versé au 19e RI en 1917 ou il est sergent major à la 7e compagnie commandée par le capitaine Nicolas.
Le 5 mai 1917, le 19e régiment d'infanterie attaque sur Hurtebise au Chemin des Dames. Le 2e bataillon a pour mission de s'emparer de l'éperon du monument et de la grotte du dragon. Les combats sont terribles. La 7e compagnie est anéantie et n'a plus un seul officier. Le 6 mai, l'offensive reprend. Le bataillon Croll du R.I.C.M rejoint le 2e bataillon du 19e RI dans son secteur et part à son tour à l'assaut de l'éperon du monument.
Le 7 mai, Vital Alexandre Marius Delangle est tué au combat dans ce secteur d'Hurtebise, victime, parmi tant d'autres, de ces journées meurtrières des 5, 6 et 7 mai 1917 ou les soldats du 19e RI, affamés et assoiffés car toute communication avec l'arrière est impossible, ont vécu des heures effroyables sous le déluge de mitraille et d'obus.

Citation Vital Delangle



Merci à Jean Marc Moltchanoff (http://www.lescahiersdhistoire.net/45eri/index.php?lng=fr) pour ses informations sur Vital Alexandre Marius Delangle.

Posté par loss à 12:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


23 août 2009

LE COMMANDANT DU CREST

 

du CREST Jean Jacques Etienne

Né le 27 mars 1863 à Bourbon Lancy (71) Jean Jacques Etienne DU CREST est élève à l'école spéciale militaire de Saint Cyr de 1884 à 1886, promotion de Fou Tchéou.
Nommé sous lieutenant au 41e régiment d'infanterie de Rennes le 1er septembre 1886, il passe au 116e régiment d'infanterie de Vannes le 25 septembre 1890 avec le grade de lieutenant. En 1897, il est promu capitaine. Après un bref passage de 2 mois au 118e régiment d'infanterie de Quimper, il passe au 137e régiment d'infanterie de Fontenay le Comte le 26 mai 1897. C'est dans ce régiment que Jean Jacques Etienne DU CREST effectuera la plus grande partie de sa carrière, 16 ans. Il est promu capitaine adjudant major le 16 janvier 1907 et reçoit la légion d'honneur en 1910.
Fin septembre 1913, nouvelle promotion, il devient chef de bataillon et est muté au 19e régiment d'infanterie de Brest ou il prend le commandement du 1er bataillon à la tête duquel il participera à la terrible bataille de Maissin le 22 août 1914.
Quelques jours plus tard, dans le cadre de la mission du 11e Corps d'Armée qui est d'empêcher les allemands de passer la Meuse, le 19e régiment d'infanterie défend les ponts de Sedan. Au cours de cette mission que le chef de bataillon Jean Jacques Etienne DU CREST sera grièvement blessé le 26 août 1914. Transporté à l'ambulance Pajot, il succombera à ses blessures le lendemain.
Pour son action au cours de ces combats de Sedan, Jean Jacques Etienne DU CREST sera cité à l'ordre de l'armée :
" Chargé de la défense de ponts, le 25 août, a maintenu jusqu'au dernier moment son bataillon sous un feu meurtrier. Est tombé mortellement atteint au ventre au cours de l'action. "
Jean Jacques Etienne DU CREST repose dans la nécropole nationale de Sedan - Torcy.
DuCrestDu_Crest_MDH

 

 

 

 

 

Merci à Mr Desplanches pour ses renseignements et la photo du commandant DU CREST.

Posté par loss à 18:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

14 octobre 2008

LE CAPITAINE DESCHARD

DESCHARD_Louis_Cne

Louis Marie Edouard Albert DESCHARD naît à Laval le 14 novembre 1882. Après ses études à Saint Cyr, promotion du Sud Oranais (1902-1904) il est nommé sous-lieutenant au 19e régiment d'infanterie de Brest en 1904. Promu lieutenant en 1906, il commande la section de mitrailleuse du 2e bataillon du 19e RI lorsque surviens la guerre. Louis DESCHARD est nommé capitaine à titre temporaire peu de temps avant la Bataille de la Marne ou il trouvera la mort.
Le 8 septembre 1914, à LENHARREE, la section de mitrailleuse du capitaine DESCHARD est en position sur le remblai de la voie ferrée, à proximité du passage à niveau de la gare situé à moins d'un kilomètre en arrière de Lenharrée. Très tôt ce matin là, débute un terrible bombardement suivi de l'assaut des troupes Allemandes. Ses hommes ayant tous été mis hors de combat, le capitaine Louis Deschard prend position à la mitrailleuse, tirant et chargeant lui-même. C'est la qu'il sera tué d'une balle en pleine poitrine.

Citation à l'ordre du Corps d'Armée du 16 avril 1915
Le capitaine Louis DESCHARD
A montré ,dans tous les combats, un mépris absolu du danger.
A Lenharrée, le 8 septembre, a maintenu sa section sous un feu meurtrier. Après la mort de ses tireurs, a servi lui-même sa pièce avec un sang froid admirable. Est tombé mortellement frappé.
La croix de Chevalier de la Légion d'Honneur lui a été décernée à titre posthume.

Quelques mois plus tard, son épouse vint à Lenharrée reconnaître le corps du capitaine Louis Deschard et assistera a ses obsèques qui furent célébré dans l'église de Lenharrée très endommagée par les combats livrés par le 19e RI les 6, 7 et 8 septembre 1914. Inhumé dans un premier temps dans le petit cimetière de Lenharrée, son corps a été transféré, après la guerre, à la nécropole de Fère-Champenoise ou il repose toujours de nos jours.

Deschard_fr_res
Hugues, Louis et Raymond DESCHARD
Merci à Jacques DESCHARD pour cette photo.

Louis DESCHARD avait 4 frères officiers comme lui.
Jules, capitaine au 41e RI, blessé et fait prisonnier en Belgique le 22 août 1914.
Raymond, capitaine au 118e RI, tué à l'ennemi le 3 septembre 1914 à Louvercy.
Hugues, lieutenant au 118e RI, blessé à Maissin le 22 août 1914.
Jean, sous lieutenant au 169e RI, tué à l'ennemi le 11 septembre 1914 à Champremont.
Trois des cinq frères DESCHARD sont mort au combat la même semaine de septembre 1914...
Son cousin Paul DESCHARD, lieutenant au 19e RI a été fait prisonnier à Maissin le 22 août 1914.

 

Posté par loss à 17:06 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

10 mars 2007

LE COMMANDANT DE LAAGE DE MEUX

DE_LAAGE_DE_MEUX

Joseph DE LAAGE DE MEUX est né le 2 février 1863 à Orléans. Elève à Saint Cyr, promotion de Madagascar, il en sort sous-lieutenant en 1885. Il est nommé capitaine au 95ème régiment d'infanterie en 1896. En 1912, il est promu chef de bataillon au 19ème régiment d'infanterie de Brest. Le 8 août 1914, le commandant Joseph DE LAAGE DE MEUX quitte Brest à la tête du 2ème bataillon du 19e R.I.
LE 22 août 1914, à MAISSIN, ayant reçu l'ordre de se rendre au moulin de Vilance pour couvrir l'aile droite du 19e R.I, il n'hésite pas, sous une pluie de mitraille, a se porter en avant pour entraîner ses hommes dans une charge à la baïonnette contre un ennemi bien supérieur en nombre. Blessé une première fois, il se relève pour reprendre l'attaque et reçoit une balle en pleine poitrine. Se sentant mortellement atteint, il force ses hommes a l'abandonner. Transporté à la ferme de Villance par les Allemands qui y avaient établi un lazareth, on l'entendis à plusieurs reprises, réclamer un prêtre, mais les ennemis refusèrent de lui en procurer un, le gardant étroitement et ne permettant a aucun Français de l'approcher. Il mourut dans la nuit.
Le commandant Joseph DE LAAGE DE MEUX a reçu une citation à l'ordre de l'armée:
    "Avec le plus grand mépris du danger, a enlevé brillamment son bataillon à l'attaque du moulin, le 22 août. Est tombé glorieusement au moment ou il abordait la position."

Chevalier de la Légion d'Honneur, Croix de Guerre.
(Source: livre d'or de l'école Sainte Geneviève)

DE_LAAGE_DE_MEUX_1
(source: Mémoire des hommes,a noter, une erreur de régiment 219e RI au lieu du 19e RI)

 

Posté par loss à 11:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]