Soldats du 19e régiment d'infanterie dont le nom de famille commence par B.
Cette liste, en cours de constitution, est loin d'être complète. Si vous souhaitez voir y figurer un soldat du 19e RI absent de cette liste, qu'il soit mort pour la France ou ait eu la chance de survivre à ce terrible conflit que fut la première guerre mondiale, ou apporter une information complémentaire ou une photo se rapportant à un soldat figurant déjà dans la liste, n'hésitez pas à prendre contact (voir colonne de gauche). Toute information est la bienvenue. Merci de me signaler les éventuelles erreurs qui pourraient se glisser dans ces pages.

12 mars 2017

LE SOUS LIEUTENANT LOUIS BAILLY

Louis Honoré BAILLY est né le 28 février 1888 à Autun (Saône et Loire). En 1906, étudiant agé de 18 ans, il s'engage volontairement pour 3 ans au 4e régiment d'infanterie d'Auxerre ou il est nommé caporal en septembre 1906 puis sergent en octobre 1907. Il prolonge son engagement de deux années supplémentaires et quitte l'armée d'active en avril 1912. C'est a cette époque qu'il part s'installer en Bretagne.
A la déclaration de la guerre, il est mobilisé au 19e régiment d'infanterie de Brest qu'il rejoint dès le 2 aout 1914 avec le grade de sergent. Promu sous-lieutenant à la 6e compagnie le 12 décembre 1914, Louis Honoré BAILLY disparait cinq jours plus tard, le 17 décembre, au combat d'Ovillers La Boisselle.
Inhumé dans un premier temps à Ovillers, il repose actuellement dans l'ossuaire n°4 de la nécropole d'Albert.

Ossuaire Albert - Blog extrait

Ossuaire Albert - Blog


20 août 2016

JEAN FRANCOIS BATAILLE

BATAILLE_Jean_Phare_2_octobre_1916

 

Né le 16 novembre 1894 au Croisic (Loire Atlantique), Jean François BATAILLE est boulanger. Soldat de la classe 1914, il est incorporé au 19e régiment d'infanterie en décembre 1914. Il est nommé caporal en septembre 1915 puis sergent en juillet 1916. Il est tué au combat le 29 mars 1917 devant Margival (Aisne).

Au cours des combats de Verdun en avril 1916, Jean François bataille a reçu une citation :

"Le 9 avril 1916, sous un bombardement intense de gros calibre, n'a pas hésité a se porter au secours de camarades ensevelis par l'explosion d'un obus et est resté à ce poste périlleux jusqu'à ce que ses camarades soient mis hors de danger.
S'est toujours fait remarquer par sa bravoure et son entrain."

 

La photo est parue dans le journal "Le phare de la Loire". 702 portraits de soldats accompagnées des citations reçues sont ainsi publiés entre mai 1916 et février 1917.
L'intégralité de ces 702 portraits est visible sur le site des archives municipales de Nantes, ici => http://www.archives.nantes.fr/PAGES/DOSSIERS_DOCS/portraits_soldats_1418_presse/intro_soldats_presse.htm

Posté par loss à 00:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

04 mars 2013

JEAN MARIE BEUZIT

Beuzit Jean Marie

Né le 31 juillet 1892 à Plounéour Menez (Finistère), Jean Marie Beuzit est le petit dernier d'une fratrie de sept enfants. Après son enfance passée dans la ferme familiale, il entre à l'école normale d'instituteur de Quimper en 1909. A sa sortie, en 1912, il part effectuer son service militaire ou le trouvera la mobilisation générale du 2 aout 1914.
Sergent à la 6e compagnie, Jean Marie Beuzit part avec le 19e régiment d'infanterie et participe à tous les combats jusqu'au 17 décembre 1914 ou il est tué lors de l'attaque d'Ovillers La Boisselle.
Après la guerre, sa mère a longtemps cherché le lieu de sépulture de Jean Marie Beuzit. Son corps n'a jamais été retrouvé.

Je remercie Anne pour ses informations et la photo de Jean Marie Beuzit.

10 novembre 2011

HENRI BOISSELEAU

Boisseleau Henri

Henri Constant Auguste BOISSELEAU est né le 19 novembre 1889 à Ardelay en Vendée.
A 20 ans, il effectue son service militaire au 137e régiment d'infanterie à Fontenay le Comte. Libéré de ses obligations militaires, il rentre à Ardelay ou il exerce la profession de charpentier. Il se marie le 29 septembre 1913 avec Marie Papin.
Rappelé sous les drapeaux par la mobilisation générale du 2 aout 1914, Henri Boisseleau est affecté au 137e régiment d'infanterie et part au front.
Le 18 avril 1915 nait son premier enfant, une petite fille prénommée Simone.
Henri Boisseleau est blessé une première fois à l'été 1915 et évacué à l'hôpital Joubert d'Ancenis. Après guérison, il repart au front et est affecté à la 11e compagnie du 19e régiment d'infanterie le 26 septembre 1915. il est mortellement blessé le 8 octobre 1915 à Tahure. Un éclat d'obus lui déchiquète la jambe. Il est conduit dans un hôpital à La Croix en Champagne ou il a "la chance" d'y retrouver son propre frère. Ce dernier lui donne son sang mais les erreurs de compatibilité et la rusticité de la technique de transfusion sanguine ne permet pas de le sauver. Henri Boisseleau meurt des suites de ses blessures ce même jour. Son frère, présent à son chevet, recueille son dernier souffle. Il sera inhumé à La Croix en Champagne.
Le 26 avril 1916 nait sa seconde fille, Marie, qui ne connaitra jamais son père. Inconsolable, son épouse mourra de la grippe espagnole quelques mois plus tard laissant les petites Simone et Marie orphelines.
En 1922, le cimetière de La Croix en Champagne est désaffecté et les corps des soldats transféré dans la nécropole nationale de Saint Jean sur Tourbe ou Henri Boisseleau repose encore de nos jours.
Henri Boisseleau sera décoré de la médaille du combattant et de la croix de guerre.

Boisseleau H 137e RIHenri Boisseleau lors de son service militaire au 137e RI de Fontenay le Comte.

Merci à son arrière petit fils Sébastien Boudaud pour ses informations et photos.

Posté par loss à 15:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

15 octobre 2010

PIERRE MARCEL BILLOT

Voncq___Billot
Pierre Marcel BILLOT soldat au 19e RI

Le 2 novembre 1918, le 2e bataillon du 19e régiment d'infanterie doit relever le 2e bataillon du 124e régiment d'infanterie à Semuy dans les Ardennes. Il part de l'église de Voncq ou les agents de liaisons du 124e RI est venu le chercher.
De nuit, sous la pluie et dans le brouillard, les agents de liaison du 124e RI ne trouvent plus leur chemin et le 2e bataillon du 19e RI s'égare dans le bois de Voncq. Soudain, un terrible bombardement ennemi se déclenche sur ce bois.
Pierre Marcel BILLOT tombe sous ce déluge de feu à l'âge de 22 ans.
Né à Rioms dans le département de la Gironde le 13 août 1896, son corps sera rapatrié après guerre.
Pierre Marcel BILLOT
repose désormais à Bordeaux.

Mur_plaques_

Grand merci à Serge Michel Dumartin et Bernard Labarbe pour leurs photos et informations.

Posté par loss à 18:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 novembre 2009

LE LIEUTENANT PAUL BOURDET

Pâtissier à Brest dans le civil, Paul Bourdet est lieutenant de réserve au 19e régiment d'infanterie.

paul_bourdet

A la mobilisation, il rejoint le régiment ou il prend le commandement d'une section de la 7e compagnie du 2e bataillon. Le 22 août 1914 à Maissin, commandant l'avant garde du 2e bataillon, le lieutenant Paul Bourdet quitte Paliseul à la tête de sa section. La mission du 2e bataillon est de se rendre au moulin de Vilance en passant par Framont et le Franc-bois afin de couvrir le flanc-droit de la 22e Division d'infanterie.
Grièvement blessé lors de combats, le lieutenant Paul Bourdet décède des suites de ses blessures.
Il repose au cimetière Pierre Massé à Maissin en Belgique.

Paul_Bourdet_2  Je remercie Laurent Chapelier pour la photo de son grand oncle. Paul_Bourdet_3

 

Posté par loss à 10:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :