14 avril 2015

LE LIVRE D'OR DU 19e REGIMENT D'INFANTERIE - 3

Livre d'or du 19e RI

Outre les citations reçues à titre individuel des deux articles publiés précédemment, des citations à l'ordre de la 22e Division d'Infanterie ont été aussi données pour une action collective.

Le 2e bataillon du 19e régiment d’infanterie commandé par le chef de bataillon FOHANNO :
« Sous la conduite énergique de son chef, s’est porté résolument en avant, franchissant les tranchées d’un élan irrésistible, faisant prisonniers 10 officiers et 207 hommes de troupes. »

La 8e compagnie du 19e régiment d’infanterie :
« Le …, devant …, après s’être emparée de la première ligne ennemie, s’est élancée à l’attaque d’une batterie d’artillerie, dont elle a mis toutes les pièces hors d’usage. »

La 4e compagnie du 19e régiment d’infanterie :
« Le …, à l’attaque de la …, s’est élancée à l’assaut de la position ennemie avec un ensemble, une bravoure, une volonté qui ont fait l’admiration de tous. A obtenu un succès complet. »

La 4e section de la 13e compagnie du 19e régiment d'infanterie :
« Commandé par le sergent THEBAUT, cette unité, chargée d’accompagner une troupe d’assaut à …, et d’occuper les positions conquises, est arrivée sur la position ennemie en même temps que la vague qu’elle était chargée de soutenir. S’est immédiatement mise en batterie, malgré un violent tir d’artillerie et d’infanterie. »

Croix de Guerre B


30 mars 2015

LE LIVRE D'OR DU 19e REGIMENT D'INFANTERIE - 2

Livre d'or du 19e RI

Croix de Guerre B

Voici la suite des citations parues dans la Dépêche de Brest en octobre 1915.
Citations à l'ordre de la 22e Division d'Infanterie :

Henri PETIT, médecin aide-major de 2e classe :
« A assuré avec une bravoure et un dévouement absolus la recherche et l’évacuation des blessés, au milieu d’un bombardement très intense et pendant l’assaut d’une position allemande. A pansé plus de 100 blessés. »

Jean BOIDEC, sergent-fourrier :
« A fait la guerre de tranchées depuis 12mois ; s’était déjà distingué à l’attaque d’Ovillers-la-Boisselle le 17 décembre 1914. Le …, devant …, tous ses officiers ayant été mis hors de combat, a pris le commandement de la campagne et l’a très bien dirigée pour l’attaque, sous un feu très violent de mitrailleuses et de mousqueterie. »

Joseph HOUPIN, caporal :
« S’était déjà fait remarquer aux combats de Maissin, le 22 août 1914, et de …, le … ; devant …, marchant en tête d’une section, a été blessé et n’en a pas moins conservé son commandement. Blessé une deuxième de fois grièvement, et de plus presque asphyxié, n’a consenti à être évacué que sur l’ordre formel de son commandant de compagnie. »

Georges GUILLOUX, adjudant :
« Dans la matinée du …, devant …, a fait prisonniers avec sa section plus de 80 Allemands non blessés, qui, avec des mitrailleuses, gênaient la progression des bataillons. Sous-officier très brave, qui a déjà donné des preuves multiples d’un courage à toute épreuve. »

René ROBERT, sous-lieutenant :
« Au front depuis le 5 septembre 1914, a pris part à toutes les attaques depuis cette date, et s’est particulièrement distingué devant les positions ennemies de … A conduit brillamment sa section à l’assaut.

Jean Pierre LE BOT, sous-lieutenant :
« Energique et brave, a conduit d’une façon remarquable sa section à l’assaut des tranchées ennemies devant …, sous un feu et un bombardement violent. »

René OUTIN, sous-lieutenant :
Courageux et énergique. A conduit d’une façon brillante sa section à l’attaque des tranchées ennemies de …, malgré un feu violent de mitrailleuses très intense. A été blessé pendant l’assaut.

Guillaume RIOU, sergent :
« Très dévoué et très courageux. Devant …, s’est résolument porté dans un bois battu par des mitrailleuses allemandes. A emporté la position et s’y est maintenu jusqu’à la dernière extrémité. »

Jean SALMON, sergent :
« Déjà cité à l’ordre du régiment pour sa brillante conduite à la Boisselle où, bien que blessé en dégageant son sergent-major enseveli, a refusé d’être évacué. Le … devant …, a été grièvement blessé de deux balles en se portant bravement à l’assaut des positions ennemies sous un feu et un bombardement intenses. »

Henri BALLABOUS, soldat :
« Tué glorieusement en allant porter un ordre urgent, sous un bombardement intense et un feu de mitrailleuses et d’infanterie des plus violents. Toujours volontaire pour les missions périlleuses. »

Ange LALICAN, sergent :
« A été tué glorieusement au cours d’une patrouille, dont la mission comportait des dangers considérables, après avoir demandé à la commander comme volontaire. »

François CORDON, sous-lieutenant :
« Officier admirable de courage et de bravoure. Le .., a brillamment porté sa section à l’attaque des positions ennemies devant …. Depuis cette date, donne à tous l’exemple des plus grandes qualités d’endurance, de calme, de sang-froid et d’esprit de décision, ne dépensant, sans compter, malgré les difficultés de sa position. »

Paul CARIOU et Jean BOHIC, sous-lieutenants :
« Ont brillamment entrainé leur section devant …, à l’assaut des formidables positions défensives allemandes. Ont même dépassé les pièces d’artillerie ennemies, faisant prisonniers ou mettant hors de combat tous les servants. »

Eugène DUEDAL, sergent :
« Sous-officier plein de courage, capable de tous les dévouements. Blessé grièvement pour la troisième fois en se portant résolument à la tête de sa section à l’assaut des positions ennemies de …, sous un violent bombardement et un tir de mitrailleuse des plus intenses. »

Yves DUGAIN, sergent :
« Présent sur le front depuis le début de la campagne, a toujours fait preuve de courage et d’entrain, même dans les circonstances les plus difficiles. Blessé le …, pendant l’assaut des positions allemandes de …, a quand même gardé le commandement de sa demi-section, continuant à progresser avec elle jusqu’au moment où, complètement épuisé, il a dû se laisser transporter par force au poste de secours. »

Jean SALAUN, sous-lieutenant :
« Le …, devant …, à la tête de sa compagnie qu’il a entraînée brillamment à l’assaut de formidables tranchées allemandes fortement organisées, y a fait plus de 50 prisonniers et pris beaucoup de matériel. Déjà titulaire d’une citation à l’ordre du corps d’armée. »

KUDELSKI, médecin auxiliaire :
« Le …, a accompagné son bataillon à l’assaut des tranchées allemandes de … pour panser et soigner les blessés. N’a pas hésité, au mépris de dangers considérables, à se rendre auprès des blessés sur un point violemment bombardé, où trois de ses brancardiers ont été tués à ses côtés. S’était déjà distingué en des circonstances absolument semblables, le 17 décembre 1914, à Ovilliers-La Boisselle. »

Guillaume RIOU, sergent :
« Sous-officier très énergique et très brave. A l’attaque de la …, s’est porté résolument en avant, et aidé par un caporal de sa section, a pris entre les mains des Allemands deux fusils-mitrailleuses, un canon de rechange et un lance-bombes. »

Henri CALVEZ, lieutenant :
« S’est distingué dans les combats de … au … en assurant d’une façon parfaite la liaison téléphonique du corps sous un bombardement extrêmement violent et en dressant le croquis des positions conquises, ce qui a permis de se faire rapidement une idée exacte de la situation. Le …, a été fortement contusionné par éclat d’obus au …, écroulé par un obus de gros calibre. »

Victor ANDRE, sous-lieutenant :
« Chef d’une section de mitrailleuses, le …, devant …, s’est porté résolument en avant à la tête de son unité, et a été très grièvement blessé en abordant les tranchées ennemies. »

François MOISAN, soldat téléphoniste :
« Tombé glorieusement devant …, en réparant une ligne téléphonique sous un très violent bombardement. »

Jean Louis ROBIN, soldat brancardier :
« Tué glorieusement devant …, en se portant au secours des blessés, sous un très violent bombardement. »

BELLANGER, aspirant :
« Devant …, a entrainé sa section à l’attaque d’une manière admirable. A enlevé une tranchée dont il a tué ou pris tous les défenseurs. »

Yves DERRIEN, sous-lieutenant :
« Brave et bon officier, exemplaire dans le service comme au feu. Blessé grièvement d’une balle au ventre, et n’a quitté la ligne qu’après avoir passé le commandement à son sous-lieutenant. »

Louis CHEVANCHE, lieutenant :
« Sur le front depuis le début de la campagne. Comme commandant de compagnie dans le secteur de …, a fait preuve, en maintes circonstances difficiles, de qualité militaire de premier ordre. Comme officier d’approvisionnement, se dépense sans compter : ne compte ni son temps ni sa peine ; apporte la plus grande compétence dans le service important dont il est chargé. N’hésite pas à se rendre souvent avec son ravitaillement, malgré plusieurs bombardements, à proximité des premières lignes pour assurer dans les conditions les plus rapides et les meilleures, l’approvisionnement du régiment. »

Louis GAILLARD, lieutenant :
« Blessé grièvement le 22 août 1914 au combat de Maissin (Belgique), en écrivant un ordre sous la dictée de son chef de corps, ordre dont il a assuré lui-même la transmission malgré sa blessure. A tenu à rejoindre son corps avant complète guérison. Sur le front depuis 10 mois. Officier d’une haute valeur morale et militaire. Travailleurs infatigables, n’a ménagé ni son temps ni sa peine pendant les dernières journées d’attaque, en allant deux et trois fois chaque nuit conduire les voitures amenant aux hommes une nourriture chaude et confortable, malgré de violents bombardements. »

GODART DE DONVILLE, sous-lieutenant :
« Officier très brave, se tenant admirablement au feu. A rallié plusieurs isolés égarés de leur unité et les a reconduits brillamment à l’attaque des positions ennemies. »

MONCONDUIT, sous-lieutenant :
« Faisant partie d’une catégorie rappelée dans ses foyers, est resté au front sur ses instances ; s’est vaillamment comporté en maintes circonstances. Resté seul officier de sa compagnie, à l’attaque du …, a pris le commandement de l’unité et fait intervenir ses mitrailleuses à tous les moments utiles. »

Michel COCARLY, sergent, et Jean PROUF, caporal :
« Sur le front depuis le début de la campagne, ont toujours fait preuve de la plus grande énergie et d’un mépris absolu du danger. Pendant les combats du … au … à …., se sont particulièrement distingués en dirigeant avec un dévouement inlassable, les équipes de réparations de lignes téléphoniques sous un feu violent et incessant. »

François MORVAN, Hyacinthe LE MARCHAND, Michel BOURVIE, Augustin CRENN, soldats sapeurs :
« Modèles de courage, de dévouement, de discipline. Pendant les journées d’attaque du … au … devant …, ont constamment suivi le chef de corps, servant d’agents de liaison d’une façon très intelligente. Se sont employés sans relâche à la construction d’abris et de P. C., malgré un violent bombardement d’obus de gros calibre et à gaz asphyxiants. Jour et nuit, sans une minute de repos, ont fait le coup de feu à l’occasion avec leurs camarades de la première ligne. Blessés au cours de la dernière journée d’attaque. »

Les soldats brancardiers NICOLAS ; LE FLOCH ; ROHEL, 2e compagnie; MORVAN, 3e compagnie; DERRIEN ; LE LAYS, 11e compagnie; ROUDAUT, 14e compagnie :
« Blessés grièvement pendant les journées d’attaque du … au … devant …, en se portant bravement au secours de blessés sur un terrain découvert, battu violemment par le feu de l’artillerie et de l’infanterie ennemies. »

LEHO, soldat musicien :
« Brancardier d’un zèle et d’un dévouement admirables. Courageux, énergique, se dépensant sans compter. A été blessé le … devant …. A refusé d’être évacué. »

Jean-Baptiste RINEAU, sergent :
« Sous-officier très brave. Le …, devant …, faisant partie d’une corvée de nettoyeurs, a pénétré résolument dans un abri ennemi fortement occupé. Blessé à la main, a néanmoins continué à lancer des grenades sur les Allemands jusqu’au moment où ils se sont rendus. »

Jean ROUDAUT et Yves GALLARDON, caporaux :
« Tués glorieusement en améliorant une tranchée conquise à l’ennemi. Gradés très braves. »

Henri PODER, soldat :
« Agent de liaison d’une compagnie. Sur l’insistance de son commandant de compagnie, qui voulait l’envoyer à l’examen du médecin, a répondu : « Je suis le seul agent de liaison restant et je ne quitterai pas mon poste. » A continué à transmettre les ordres en passant dans les zones les plus dangereuses, pendant toutes les journées d’attaque. »

Emile ROCABOIC, soldat :
« Soldat d’un dévouement à toute épreuve, intelligent et courageux. Très grièvement blessé devant … en procédant au nettoyage des fortins ennemis. »

Louis SEGUENNOT, sergent :
« Très grièvement blessé devant …, en se portant résolument à l’assaut des tranchées ennemies sous un bombardement extrêmement violent.

BOHEC, caporal, et Yves SCORDIA, soldat :
« Devant …, se sont précipités les premiers à l’attaque des tranchées allemandes, entrainant par leurs bel exemple tous les hommes de leur unité. Dans un entonnoir ennemi, ont combattu furieusement à coups de grenades, en attendant l’arrivée des renforts. »

 

15 mars 2015

LE LIVRE D'OR DU 19e REGIMENT D'INFANTERIE - 1

 

Croix de Guerre

A la suite des deux semaines de combats, du 25 septembre au 8 octobre 1915, menés à Tahure par le 19e régiment d'infanterie, des citations sont distribuées. Ces citations étaient accompagnées de l'attribution d'une médaille : "La Croix de Guerre". Une citation à l'ordre du régiment ou de la brigade donnait droit au port d'une étoile de bronze sur le ruban. Une citation à l'ordre de la division, une étoile d'argent et une à l'ordre du corps d'armée, une étoile de vermeil. Une palme était apposée sur le ruban dans le cas d'une citation à l'ordre de l'armée.

 

Dépêche 24 octobre 1915

 

 

 

 

 

Dans le journal "La Dépêche de Brest" du 24 octobre 1915 sont publiées certaines de ces citations reçues par des soldats, sous-officiers et officiers du 19e régiment d'infanterie. La rubrique a pour titre " Le livre d'or du 19e régiment d'infanterie". La censure de l'époque empêchait de donner les dates et les lieux qui étaient remplacés par trois points de suspension mais l'on sait aujourd'hui que ces citations ont étés gagnées à Tahure entre le 25 septembre et le 8 octobre 1915.

Livre d'or du 19e RI

Voici les citations à l’ordre du 11e corps d’armée :

Le capitaine Alphonse DENIS :
« A conduit avec une remarquable énergie sa compagnie devant … sous un violent feu de mitrailleuses et de mousqueterie. S’est emparé de deux tranchées ennemies et a su s’y maintenir, malgré un bombardement très violent. »

Les sous-lieutenants Georges ABGRALL, Henri ARIDON et R. DUPONT :
« Officiers de grande valeur et d’un sang-froid remarquable. Devant … ont entrainé admirablement leur section à l’assaut des tranchées ennemies, sous une pluie de mitraille ; ont pénétré dans les positions ennemies, faisant de nombreux prisonniers. »

Le lieutenant Alphonse JEGADEN et les sous-lieutenants Joseph BLOCH, Robert MAILLOT et François BOULCH :
« A l’attaque de …, chargés de pénétrer dans les cavernes ennemies pour mettre hors de combat tous les défenseurs, se sont acquittés de leur mission avec dévouement, un sang-froid, un mépris du danger dignes de tous les éloges. Ont fait de très nombreux prisonniers. »

Les sous-lieutenants Joseph SAGOT, J. ILIGU et Jérôme GUIVARCH :
« Grandes qualités militaires. Chefs de section d’un courage et d’une bravoure remarquables devant …, se sont portés résolument à l’assaut des positions ennemies sous un feu infernal. Ont pénétré dans les tranchées ennemies et ont pris ou mis hors de combat tous les défenseurs. »

Le sous-lieutenant Jean RIVOALAN :
« Devant …, sa compagnie ayant été arrêtée par un fortin ennemi, contenant deux mitrailleuses, et après que son commandant de compagnie eut été mortellement frappé, a conçu de sa propre initiative un mouvement débordant, qui a assuré la chute de l’ouvrage et le passage du bataillon. Officier d’un grand caractère, d’une bravoure à toute épreuve. Sur le front depuis le début de la campagne, donne à tous l’exemple des plus belles vertus militaires. »

Les sous-lieutenants M. PERRIN et René DE RESBECQ :
« A l’attaque des positions allemandes devant …, ont conçu, exécuté et dirigé une série de reconnaissances qui ont permis de débrouiller la situation. Officiers d’un grand mérite et d’une bravoure à toute épreuve, chez lesquels les journées passées semblent avoir surexcité l’esprit d’offensive. »

Le sous-lieutenant Emile LE GALL :
« Devant …, a entrainé sa compagnie à l’attaque d’une position ennemie formidablement défendue par des mitrailleuses, battant le terrain de front et de flanc. S’est parfaitement acquitté de sa mission. Officier brave et plein d’entrain. Toujours prêt à marcher. »

Le caporal Guénolé LE GUEN :
« A l’attaque de …, a demandé dans la soirée à commander une reconnaissance, dont la mission comportait des dangers considérables. Est tombé mortellement frappé, tout en ayant le courage de remettre à un homme sous ses ordres le renseignement de la plus grande importance. »

Le capitaine Louis NATALINI :
« Capitaine-adjoint au chef de corps, s’est fait remarquer dans les combats du … au … se dépensant sans compter, assurant sans relâche la liaison entre le colonel et les bataillons. Toujours sur la brèche. A été blessé devant … au moment ou il assurait le ravitaillement du régiment. A continué quand même son service. Le …, a été fortement contusionné par un éclat d’obus, au poste de commandement, écroulé par un obus de gros calibre. »

Le sous-lieutenant Jean CALVEZ :
« Blessé une première fois à l’assaut des tranchées de …, a refusé d’abandonner son poste. A continué la lutte pendant deux jours, jusqu’à ce que, blessé une seconde fois, il eut été contraint d’être évacué. »

Le sous-lieutenant A. PLUSQUELLEC :
« A fait preuve d’un courage, d’une bravoure, d’une énergie et d’une ténacité dignes des plus grands éloges, en tenant avec sept hommes une tranchée ennemie conquise, pendant toute une journée sous un bombardement des plus violents. »

L’adjudant Maxime KERGUELEN :
« A fait preuve, depuis le début de la campagne, des plus grandes qualités militaires. Parti comme caporal, a obtenu tous ses grades, grâce à sa bravoure, à son entrain et à sa brillante conduite au feu. Tué glorieusement alors qu’il pansait un officier grièvement blessé. »

L’adjudant Léon KERSCAVEN :
« D’une santé délicate, qui aurait pu le faire maintenir au dépôt, a demandé avec insistance à servir sur le front en première ligne. Tué glorieusement en allant, sous un bombardement extrêmement violent d’obus de gros calibre et asphyxiants, établir la liaison téléphonique entre le colonel et la brigade. »

Le médecin auxiliaire Jean CHATIGNIERES :
« Détaché temporairement au service du 19e pendant les journées d’attaque du … au … devant …, a trouvé une mort glorieuse en se portant au secours des blessés sur un terrain découvert, sous un feu extrêmement violent d’obus de gros calibre et à gaz asphyxiants. »

01 février 2015

ENFIN UN PEU DE REPOS

Relevés dans la nuit du 8 au 9 octobre 1915, les survivants des 14 jours de combats de Tahure se regroupent à Perthes les Hurlus. Malgré leur fatigue, ils rejoignent à pied Somme-Tourbe. Puis ils sont dirigés sur un camp de repos situé entre Croix en Champagne et Auve. Après ces 12 kilomètres de marche, les hommes du 19e régiment d'infanterie s'aperçoivent que ce camp de repos n'en a que le nom. En fait, il s'agit d'un bois de sapin.

Témoignage d'Henri Calvez, lieutenant (1):

" Quelle désillusion à l'arrivée ! En réalité ce camp n'était constitué que par quelques petits bois de sapins de forme géométrique, si courants en Champagne pouilleuse, sans aucun abri installé. Réellement l'État-major exagérait ! Envoyer au repos dans de telles conditions des troupes qui venaient de combattre sans trêve pendant quatorze jours était un véritable crime. Le mécontentement des hommes était grand mais leur lassitude était telle qu'ils étaient incapables de la moindre réaction.
Tout le monde coucha sous la tente la première nuit. Mais dès le lendemain le système D entra en action. Le parc du génie le plus proche fut littéralement assailli par les corvées venues chercher de la tôle ondulée, des planches et du carton bitumé. Le personnel du parc fut vite débordé et les voitures de compagnie revinrent lourdement chargées. Tout le monde se mit aussitôt au travail et bien vite un village nègre s'éleva où le régiment put prendre enfin un repos bien gagné et attendre les renforts destinés à remplacer les pertes cruelles. "

Témoignage de Charles Perrin, lieutenant au 2e bataillon (1) :

" Le camp n'existait qu'à l'état de projet ; en arrivant nous trouvâmes la terre nue et force nous fut de monter des tentes pour avoir un abri pour la nuit, mais le bois, que n'avait encore souillé le séjour d'aucune troupe, était des plus pimpants, il faisait d'ail­leurs un temps admirable et durant une semaine nous goûtâmes de nouveau la douceur de vivre. "

Tahure campement

---------------------
(1) Ces deux témoignages sont extraits des Cahiers du 19e RI.

Posté par loss à 15:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

20 janvier 2015

JACQUES MEYER - Avec le 329e RI sur la butte de Tahure

Jacques Meyer, lieutenant au 329e régiment d'infanterie, a écrit deux livres sur ses souvenirs de sa participation à la grande guerre. " La biffe " paru en 1928 et " La guerre, mon vieux " paru en 1932. Il est aussi l'auteur avec André Ducasse et Gabriel Perreux du livre " Vie et mort des français 1914-1918".Dans l'un de ces ouvrages, il fait une saissisante description du secteur de Tahure en septembre 1915 tel que l'on vu les soldats du 19e régiment d'infanterie. En effet, son régiment faisait partie de la 53e DI qui suivait la 22e DI.

En voici un extrait :

Les boyaux devant Perlhes-les-Hurlus.

Ils sont de moins en moins hauts, de moins en moins larges, de moins en moins propres, de moins en moins secs.
Des détours et des coudes brusques. Des routes franchissent le boyau par des ponts en planches renforcées de terre, des pistes le rejoignent en pente douce. Quelques éclatements, çà et là, ont éboulé les parapets taillés à arêtes vives dans la marne. Un cheval crevé est tombé en travers du boyau, et l'obstrue. Plus loin, il se fait souterrain pour quelques mètres, et les flaques qui n'ont pu sécher le transforment en véritable lac.
De vieux équipements, des armes hors d'usage parsèment le sol; des ordures aussi, sans nombre. Un isolé entre deux gendarmes. Le premier mort, à peine entrevu, pâle figure de cire, allonge sur le parapet des membres raidis. Une ouverture béante et noire, avec des marches qui conduisent on ne sait où, et tout près, un tas de pansements, jaunes et rouges de sang et de pus, exhale une odeur infecte : un poste de secours. En se haussant par-dessus le parapet, on a des échappées sur un paysage désolé, des lignes blanches sur fond grisâtre qui sont d'autres boyaux, des arbres édentés avec des branchages sans feuilles.
Soudain, le boyau se termine, c'est la sortie au grand jour, c'est Perthes-les-Hurlus une grande route blanche et boueuse, comme elles sont toutes par ici; ses talus, où se dressent encore quelques rares pans de mur, sont des tranchées abandonnées ; d'immenses cratères, à intervalles irréguliers, la bordent, la rongent et la coupent en tronçons inégaux : les entonnoirs.
Et tout cela c'est l'ancienne première ligne boche conquise le 25 septembre, il y a deux jours de cela, il y a un siècle plutôt, car déjà se dessèchent les morts épars et abandonnés, et la vie a repris en dehors et au-dessus d'eux: des corvées de ravitaillement, en file indienne, s'affairent sur la route dangereuse, ou se groupent près d'immenses tonneaux d'eau potable en vrac sur le talus, et les éclatements des fusants boches ponctuent le tout, indistinctement, de leurs panaches clairs ou bruns.
Les réserves dans les carrières de la route de Souain à Tahure.
Des bouquets d'arbres, en bordure de ce qui fut une route départementale, les tronçons d'une voie de Decauville, et, dans deux cirques naturels au pied d'une pente blanchâtre et continue, une agitation insolite. Ce sont les fameuses carrières où les postes de commandement des brigades et les postes de secours de nos régiments voisinent avec des éléments du Corps d'Armée de gauche, des Bretons des 19e et 116e régiments d'infanterie.
La pente elle-même est creusée sur toute son étendue, ruche aux alvéoles insolites, d'une infinité de niches occupées par les hommes des compagnies de réserve. Des groupes de cavaliers, avec leurs chevaux, de ceux-là qu'on amassés par divisions entières pour le cas d'une percée, jettent la note étincelante et imprévue des aciers et des cuivres dans ce paysage tout de grisaille. Et sans arrêt, au poste de secours, tapi comme dans le bas d'une falaise, continuent à affluer un à un, particules douloureuses et meurtries se détachant du champ de bataille, invisible là-haut sur la butte, les blessés pitoyables et sanglants : un, entr'autres, que je ne puis chasser de mon souvenir, pâle à défaillir, et soutenant de son bras intact une main mutilée, qui n'est plus qu'une masse horrible et méconnaissable de chair et de sang...

Sur la butte de Tahure (28 septembre).

D'abord, un passage facile, tant que nous gravissons la pente, et que se rapprochent fumée et tonnerre.
Et puis la pente s'adoucit, un dernier talus, celui de la route de Somme-Py, où, hier, un obus a éclaté qui a tué cinq officiers de l'état-major du régiment : le colonel, son capitaine-adjoint, un commandant, le porte-drapeau, le capitaine mitrailleur, et mis le drapeau en miettes.
Comme le nageur, avant de plonger, il faut, au moment d'aborder le redoutable inconnu, faire une longue aspiration d'énergie. A quinze cents ou deux mille mètres, une ligne sombre de bois ferme l'horizon. Jusque là-bas, la plaine, barrée et comme mouchetée, tachetée de panaches de toutes les couleurs, formant à la fois sur le sol et dans le ciel des alignements presque impeccables, des quinconces presque réguliers...
Quelque part est la ligne - s'il est possible qu'il y ait là même une apparence de ligne, que nous devons renforcer. Et déjà, courbant le dos, baissant la tête, nous filons en une course éperdue, tombant dans un trou d'obus, trébuchant sur un cadavre bleu, assourdis, secoués par le vacarme des explosions à droite, à gauche, en avant, en arrière, couverts de terre et de suie, et gardant pourtant une conscience anormalement grossie et distincte de détails infimes et presque grotesques, le fil téléphonique traînant à terre, une courroie de mon sac qui s'est rompue et que je dois retenir de la main, et arrivant finalement, intact au sortir de cet enfer, « à la ligne », c'est à dire à quelques trous vaguement alignés; par endroits, deux ou trois de ces trous réunis forment une sorte de fosse avec, au fond, des formes bleues recroquevillées, immobiles, des sacs, quelques boîtes de singe... Je voudrais me rendre compte de l'étendue de la ligne, mais des jurons énergiques, jaillissant du fond des trous, m'obligent à plonger dans l'un d'eux qu'occupent seulement deux poilus.
Ils m'expliquent qu'il est absolument impossible de circuler ici en plein jour, même de trou à trou, sans se faire saluer par les mitrailleuses du bois de droite, et même sans faire arroser le secteur de quelques percutants. J'essaie donc, pour faire ma liaison avec nos prédécesseurs, de faire passer un bout de papier jusqu'à leur chef. Du trou voisin, un poilu, interpellé à mi-voix, sort un bras prudent, et mon papier me revient au bout d'une demi-heure, avec un accusé de réception du sergent-major qui commande la 22e, les quatre officiers et l'adjudant ayant été tués ou blessés la veille au soir, avec deux bons tiers des « bonhommes », à l'attaque de la tranchée de la Vistule.
Journée lente, lourde, terrible de monotonie et d'appréhensions. Le soleil de midi tape ferme et accentue encore la torpeur.
Des moments de sommeil, j'ignore de quelle durée. Mes deux compagnons et moi nous mangeons, à même la boîte, prise sur un mort, un peu de singe desséché. De temps en temps, je glisse un coup d'oeil au dessus du parapet, et ne vois toujours devant moi que la masse vert sombre des bois que tiennent les Boches et les lignes inclinées du terrain qui descendent vers le ravin où se cache le village de Tahure.
C'est bien çà la guerre : du silence coupé de sonorités brutales ; pas trace de vie : les seules fermes visibles à l'horizon sont des fermes inertes. Dans l'après-midi, un mot du sergent-major « Est-il vrai qu'on attaque à 4 heures ? »
Qui expliquera jamais l'origine d'un tuyau « éclos en plein isolement, alors que pas un agent de liaison ne peut parvenir jusqu'ici », et qui s'est propagé tout le long de la ligne, malgré la distance qui sépare chaque trou du voisin. Je réponds que j'ignore tout et n'ai d'ailleurs reçu aucun ordre.
Et je n'en entends plus parler. Plus tard, un avion a bourdonné sur nos têtes. Un trait brillant qui part de l'avion, une fumée qui le suit, sans doute un signal pour l'artillerie. Et, en effet, quelques minutes après, le bombardement commence, manifestement dirigé contre nous : les premiers obus éclatent en avant ou en arrière, ou bien trop à gauche ou à droite, mais déjà ils n'ont plus ce vrombissement particulier des gros obus en cours de route qui passent très haut sur les têtes avec un halètement rauque de locomotive ; non, c'est le sifflement du projectile à bout de course, dont la trajectoire descend, rapide, vers le sol; et puis, tout de suite après, c'est le fracas déchirant de l'explosion, et la fumée suffocante et lourde qui rampe longtemps sur le sol.
Et le tir se fait plus précis, les éclatements plus proches; ça y est, nous sommes en plein dans la fourchette. Pendant une heure nous avons été « sonnés », bien vite étourdis, engourdis par ce bruit et ces odeurs de poudre et de soufre : et, comme mes deux « bonhommes » étendus, l'un à plat ventre avec son sac sur la tête, et l'autre enseveli dans sa toile de tente pour ne plus rien voir et entendre le moins possible, j'étais moins qu'un être humain, plutôt un pauvre animal qui se cache, pour être oublié par le destin mauvais, mais meurtri brutalement en pleine chair, en pleines entrailles par chaque éclatement proche, dont le sol transmet les ondes en autant de vibrations douloureuses...
Nous sommes relevés dans la nuit du 30 par le 51e régiment d'infanterie, et nous redescendons pour quelques jours, afin de nous reformer plus que nous reposer, au bois des Caissons, en bordure de la Voie Romaine, derrière Perthes.

Source : l'excellent site du Chtimiste => http://chtimiste.com/batailles1418/divers/journalmarche329.htm ou vous pouvez lire la suite.

Posté par loss à 22:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,


10 juin 2014

L'ATTAQUE DE LA BROSSE A DENTS - 6,8 octobre 1915

Après deux jours de bombardements préparatifs, la 22e Division d'infanterie se lance à l'attaque de la Brosse à dents le 6 octobre 1915 à 4 heures 20 du matin.

Attaque de la Brosse à dents

 

A l'Ouest, le 118e régiment d'infanterie s'empare du bois 6981, de la tranchée de Constantinople et de la partie Ouest de la Brosse à dents.
Partant du Sud-Ouest, les 2e et 3e bataillons du 19e régiment d'infanterie prennent la Brosse à dents jusqu'au point 7481. Au-delà, un fortin allemand empêche toute avance. Posté face à la nouvelle tranchée allemande, le 1er bataillon couvre le flanc de l'attaque des deux autres bataillons. Le régiment fait 200 prisonniers allemands ce jour-là.



Le général Bouyssou, commandant la 22e Division, donne l'ordre de prendre le reste de la Brosse à dents dès le lendemain. Vu l'état de fatigue des hommes du 19e RI qui combattent sans arrêt depuis 12 jours sous la pluie, le colonel Albert refuse cet ordre. Par conséquent, l'attaque est reportée. Mais les hommes ne peuvent guère se reposer car, toute la journée du 7, l'ennemi bombarde les lignes françaises à coups d'obus asphyxiants.
Malgré tout, le 8 octobre à 4 heures du matin, le 19e RI attaque sans préparation d'artillerie, appuyé par le 118e RI. La Brosse à dents est conquise à 8 heures.
Dans la nuit du 8 au 9 octobre, le régiment est relevé par le 134e RI. Les hommes sont si fatigués qu'ils regagnent Perthes les Hurlus par la plaine au vu de l'ennemi. Malgré le danger encouru, ce chemin est plus court que celui des boyaux remplis de boue permettant de regagner l'arrière.

Posté par loss à 18:22 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

27 avril 2013

DES PRISONNIERS

Prisonniers sept 1915 - AM Brest

Après les combats de cette journée du 25 septembre 1915, beaucoup de soldats allemands sont fait prisonniers. Ils sont emmenés vers l'arrière solidament encadrés par nos troupes.

Posté par loss à 19:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

15 février 2012

A L'ASSAUT ! Récit d'un combattant

Fantasins se préparant à l'attaque

Le matin de l'attaque (25 septembre 1915), grande animation dans les boyaux; c'est le grand jour, et, depuis 70 heures on ne cesse de canarder les allemands.
L'heure approche, c'est pour 9 heures 15.
9 heures arrivent, le commandant passe avec toute son escorte, le génie et quelques téléphonistes suivent. Ils vont prendre leur emplacement et se mettent près de nous car la compagnie a tout les honneurs. Nous devons passer le parapet les premiers.
9 heures 10, on boit un petit coup de gnole, on fume une pipe sans s'en faire. Au préalable, chacun a mit ordre aux affaires de sa conscience et fait en son fors intérieur un dernier et bon acte de contrition. Nous sommes résignés, tels des condamnés à mort. En finir d'une manière ou de l'autre, c'est le raisonnement de tous. Assez de cette vie de tranchées. Tant pis, si l'on reste, ce sera la délivrance car il y a trop longtemps que cela dure.
9 heures 14, Baïonnette au canon ! Chargez et en avant !
D'un bond, nous sommes sur le parapet, notre capitaine en tête et fonçons sur les tranchées ennemies. Nous traversons sans trop de peine les fils de fer, pas un coup de fusil de la part des allemands. Nous arrivons dans les tranchées de première ligne ennemies et passons. L'équipe des nettoyeurs de tranchées reste pour dénicher les allemands qui s'étaient cachés dans leurs souterrains.
On arrive à la deuxième ligne juste au moment ou les allemands sortent de leurs sapes et s'apprêtent à nous recevoir. A bout portant, on les fusille. Ils lèvent les bras au ciel et crient "Kamarades !". A part quelques fanatiques qui nous tirent dessus, tous se rendent. D'ailleurs ces quelques fanatiques sont vite "nettoyés". L'entrain est superbe. Après un petit nettoyage, nous poursuivons notre course en avant. Nous voilà descendant une colline, rien d'anormal. Nous recevons quelques obus et le 75 s'en met. Il ne croyait pas que l'on irait si vite et il balayait la colline devant nous.
Maintenant nous allons grimper l'autre versant. A ce moment, nous sommes pris de biais par les mitrailleuses ennemies qui nous fauchent. Un 105 arrive et éclate tout près de moi. Je suis projeté à terre. Pas la moindre blessure, c'est étonnant, je continue. Sur le coup, je ne me ressentais de rien. Vingt mètres plus loin, mon copain, que je connais depuis 15 ans, tombe frappé d'une balle qui lui a perforé le poumon. Aussitôt, nous allons vers un trou d'obus et je lui fais son pansement.
Pendant ce temps, la compagnie s'était arrêtée et le renfort ne venait pas. Ca y est, je me voyais prisonnier ! Plus de compagnie, plus de renfort. Je regardais et ne voyais rien. J'entendais à droite et à gauche des coups de fusils allemands. Puis la fusillade s'était ralentie. J'avais la ferme conviction que nous étions "faits" comme des lapins.
La nuit arrive et, aux fusées, je cherchais à me reconnaitre. Pas moyen, c'était un méli-mélo épouvantable. Je ne me risque pas trop. Nous passons donc la deuxième journée dans notre trou continuellement sonnés par les schrapnells et les gros noirs. Je vous assure que je croyais ma dernière heure venue. La encore un "maousse" arrive tout près. A demi enterrés, on arrive a se dégager. Pendant ce temps, mon pauvre copain s'affaiblissait.
A la nuit, je regarde bien et observe nos tirs et ceux des allemands. Je me rends un peu compte de la situation. A notre droite, il y avait un boyau sonné tantôt par nous, tantôt par les allemands et c'était le seul boyau que nous pouvions prendre pour ne pas se faire voir.

tahure tranchées

La nuit arrivée, je me décide à sortir explorer le terrain. Je n'avais pas fait trois mètres qu'une décoction de fusées allemandes arrive. Une fusillade éclate, suivie bientôt d'un bombardement. Nous voilà frais encore une fois ! C'est une contre-attaque ennemie qui se passe à droite. Nous nous abritons le mieux possible avec nos sacs. Je commençais à sentir une douleur dans les reins, enfin, cela ne me gênait guère, je ne pensais qu'à changer de domicile.
La deuxième nuit se passe et le matin, au petit jour, je me décide à déguerpir coute que coute. Tant pis si l'on est "faits". Je rampe et j'écoute. J'entends une voix de blessé qui appelle au secours. Je vais vers lui et j'aperçois une pauvre silhouette à genoux dans un trou d'obus avec une figure contractée par les fatigues et angoisses de deux journées. Il était blessé à la jambe. Vite, nous échangeons nos situations. Il me dit avoir entendu le génie travailler. Je vais dans la direction indiquée. Impossible de passer, il y a des fils de fer. Je reviens donc au blessé et lui indique notre trou. Nous revenons à mon domicile après quelques minutes de recherches, car la nuit on ne s'oriente pas bien. Je n'étais donc pas plus avancé qu'au début.
Comme poussé par l'instinct, je me dirige vers le boyau suspect, bien lentement, je vous assure, et l'oreille bien tendue. J'approche et j'entends prononcer des mots. Sauvé ! Ce sont des français ! D'un bond, je suis dans la tranchée et explique mon cas. Justement se trouvait là un bon camarade d'Angers, qui, sans hésiter, vient avec moi chercher notre blessé qu'on ramène tant bien que mal au poste de secours. Quand à moi, j'avais de plus en plus mal aux reins et je fus évacué pour contusions. Comme le dépôt d'éclopés était comble, on m'évacua dans le midi.

Posté par loss à 11:43 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

01 septembre 2011

25 SEPTEMBRE 1915 - A L'ASSAUT

Brosse à dent Le 25 septembre 1915 à 9 heures 15, les soldats s'élancent à l'assaut précédés par le tir de barrage roulant exécuté par l'artillerie.
Bénéficiant de l'effet de surprise, les 10e (1ere vague), 11e et 12e (2e vague) compagnies du 19e RI franchissent les tranchées du Trapèze malgré la résistance de quelques ilôts ennemis. La 4e compagnie (3e vague d'assaut) réussit à rejoindre rapidement ces trois compagnies. Le commandant Wolf, chef du 3e bataillon est tué. Privé de leur chef, les troupes continuent à avancer, comme l'ordre en avait été donné, mais dans la plus grande confusion, sans aucune cohésion. Ils parviennent à la Brosse à Dents vers midi ou ils se mêlent aux soldats du 118e RI (régiment qui attaquait à la gauche du 19e RI).

Faisant partie de la 1ere vague d'assaut, la 9e compagnie part à l'offensive à l'aile droite du 19e RI. Elle ne connait pas le succès des 10e, 11e, 12e et 4e compagnies car, à sa droite, le 65e RI est refoulé sur ses tranchées de départ. Ce recul découvre le flanc droit du 19e RI. De ce fait, la 9e compagnie, parvenue à la première tranchée ennemie se trouve prise sous les tirs allemands qui l'oblige à se replier sur la tranchée de départ. La 1ere compagnie (3e vague), qui suit la 9e, subit le même sort.

De son côté, la 2e compagnie (3e vague) accompagnée d'une section de Point 477 Trapèzemitrailleuses, suit la 10e compagnie. A l'Ouest du point 477, elle est arrêtée par une forte résistance de l'ennemi dans la dernière tranchée du Trapèze. A ce moment là, elle est attaquée par derrière par des groupes de soldats allemands qui s'était cachés dans leurs abris lors du passage de la première vague d'assaut. Au même instant, elle est aussi attaquée sur son flanc droit. De furieux combats à la grenade ont lieu. Encerclés, les survivants de la 2e compagnie sont faits prisonniers.

Formant la dernière vague d'assaut, la 3e compagnie nettoie à la grenade les tranchées franchies par les deux premières vagues. Les points de résistances ennemis sont réduit au silence par d'acharnés combats au corps à corps. De nombreux prisonniers sont faits. Du côté de la mamelle Sud, la résistance allemande est opiniâtre. Rejoints par quelques éléments de la 2e compagnie et menacé de subir le même sort que celle-ci, la 3e compagnie se replie aussi sur la tranchée de départ.

Craignant une contre-attaque, le commandement donne ordre aux trois compagnies (1ere, 3e et 9e) revenues à la tranchée de départ ainsi qu'au colonel Albert, commandant le 19e régiment d'infanterie, de rester sur place. Ils y resteront toute l'après-midi du 25 septembre sans aucunes nouvelles des autres compagnies du régiment.

Placé en réserve du 11e Corps d'Armée, le 2e bataillon du 19e RI, commandé par le commandant Fohanno, est Point 188alerté à 9 heures 45. Il quitte sa position de départ à 10 heures en direction du point 188 en suivant la route de Perthes les Hurlus-Tahure sur les pas de la 43e brigade d'infanterie (62e et 116e RI). Vers 11 heures, un nid de mitrailleuses placé à l'Est du boyau Heine et à 100 mètres au Sud du bois des Artilleurs arrête la progression du 2e bataillon. Le lieutenant Picard et sa section de la 7e compagnie sont tués. Après avoir réduit au silence ce nid de mitrailleuse, la troupe reprend sa marche en avant pour arriver au point 188 en début d'après-midi. Vers 14 heures 15, il repart en avant tout en nettoyant les ilots de résistance allemands situé à l'Est de la route Perthes les Hurlus-Tahure pendant qu'un bataillon du 116e RI se charge de ceux situés à l'Ouest. A 17 heures, le 2e bataillon reçoit l'ordre d'appuyer le 2e bataillon du 118e RI qui doit marcher sur Tahure. Le mouvement est arrêté par la nuit tombante.

Point 765 et 6774Les 1ere, 3e et 9e compagnies, relevées par des territoriaux, quittent la tranchée de départ pour rejoindre le gros du régiment dans la soirée. Le 19e régiment passe la nuit sur ses positions sous la pluie qui ne cesse de tomber. Le bataillon Fohanno se trouve au point 6774 tandis que les 4e, 10e, 11e et 12e comapgnies sont de le boyau de Tahure au niveau du point 765. Nuit étrangement calme, à peine quelques coups de canons. Les officiers en profitent pour tenter de rassembler leurs hommes qui, dans le feu de l'action, se sont retrouvés mélangés avec ceux des 62e, 116e et 118e RI.

Les extraits de cartes proviennent du JMO du 118e RI que vous pouvez lire ici => http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/jmo/img-viewer/26_N_682_013/viewer.html
La carte se trouve page 5.

24 juillet 2011

DANS LES PARALLELES DE DEPART

Massés dans les parallèles de départ, sous la pluie qui ne cesse de tomber, la nuit parait interminable pour les hommes du 19e régiment d'infanterie. Les 700 mètres de leur secteur d'attaque (le plus étendu de la 22e D.I) s'étend, de gauche à droite, du boyau d'Erfurth au point 479. Face à eux, les deux mamelles, stratégiquement importantes pour l'ennemi qui s'y est solidement retranché, domine le terrain. Entre la parallèle de départ et les deux mamelles, se trouve le Trapèze ensemble de tranchées couvert de réseaux barbelés.
Après avoir franchi ces trois positions, le 19e régiment d'infanterie, passant par le ravin de la Goutte et la Brosse à dents, doit participer à la prise de Tahure, objectif de la 22e division d'infanterie pour ce 25 septembre 1915.
Les compagnies sont placées dans leurs ordres de départ.
Le 3e bataillon, commandé par le commandant Wolf, est dans la parallèle 1. Le 1er bataillon, commandé par le commandant Lesdos, se trouve dans la parallèle 2. Le 2e bataillon, commandé par le commandant Fohanno, est placé en réserve de la 22e D.I en arrière du bois violet (point 463).
les troupes d'assaut sont réparties en quatre vagues :
Le 3e bataillon forme les deux premières vagues, 9e et 10e compagnies en tête, suivies à 50 mètres de distance par les 11e et 12e compagnies.
Viennent ensuite les 1er, 2e et 4e compagnies, du 1er bataillon, formant la 3e vague qui suit la 2e à 100 mètres et renforcés par la compagnie de mitrailleuses.
S'élançant à 100 mètres derrière la 3e vague, la 3e compagnie, commandée par le capitaine Jegaden, forme la 4e vague.
La mission des deux premières vagues d'assaut est de franchir, sans s'arrêter, les tranchées ennemies en se dirigeant sur l'objectif sans se préoccuper des liaisons avec les unités voisines, sauf si le décalage avec ces dernières expose leur flanc aux tirs ennemis.
La 3e vague soutient les deux premières et les rejoint si nécessaire.
La 4e vague est chargée du nettoyage des tranchées ennemies que les précédentes vagues ont franchis sans s'arrêter.